Pourquoi il faut éviter les sites d’offres d’emploi

Vous passez un temps fou en recherche d’offres d’emploi, peut-être même vous demandez-vous si c’est normal. Vous pouvez aussi culpabiliser d’y passer trop temps ou à l’inverse, avoir jeté l’éponge et vous y plonger seulement quand vous vous sentez d’attaque… Mettez-vous à l’aise : les lignes qui suivent sont pour vous !

Il est de nombreuses choses sur lesquelles le chercheur d’emploi a peu de prise : son futur professionnel, son quotidien futur, ses finances, l’avancement de ses candidatures, la valeur de son expérience professionnelle ou encore l’image que les recruteurs ont de lui. C’est beaucoup. Par contre, parmi ce qu’il peut maîtriser, il y a une chose qu’il peut gérer parfaitement : son temps de recherche d’offres d’emploi. Donc là, il vaut mieux ne pas se rater.

Globalement les postes sont pourvus de 3 façons : suite à une offre d’emploi, suite à un contact réseau ou suite à une candidature spontanée et grosso modo, ces trois moyens se divisent en trois parts à peu près égales, en France du moins (car la candidature spontanée est plus développée en France qu’ailleurs). Ce qui signifie finalement qu’il y a une chance sur 3 pour que votre prochain poste soit trouvé grâce à une offre d’emploi. Logiquement, si vous souhaitez gérer votre temps intelligemment, votre recherche d’offres d’emploi ne peut donc occuper qu’un tiers de votre temps de recherche

Ceci signifie que vous pouvez passer une bonne dizaine d’heures par semaine à chercher des offres, postuler et organiser vos candidatures de façon à en garder une trace. Face à la multiplicité des sources, une dizaine d’heures pour trouver des offres, les assimiler, adapter votre CV, faire la lettre de motivation, c’est très peu. Si actuellement, vous traquez les offres sur une dizaine de sites (ce qui est vite fait surtout si vous cherchez aussi à l’étranger) et que vous passez une heure par site (ce qui est finalement peu), vous risquez fort de manquer de temps pour faire la lettre de motivation si inspirante, à laquelle vous songez.. ! Inutile de dire que si vous êtes en poste et que vous avez une dizaine d’heures au max par semaine à consacrer à votre recherche, contacts réseaux compris, vous êtes complètement out…

Pour corser le tout, depuis plusieurs années, beaucoup d’entreprises et les groupes notamment, préfèrent que les « candidats postulent sur leur site ». C’est pourquoi beaucoup d’entre eux ne diffusent leurs offres d’emploi que sur leurs sites. Soit ! Il faut donc se rendre sur les sites en question,  mettre une alerte mail ou organiser la tournée des offres d’emploi de façon régulière. A raison d’un formulaire long comme le bras à remplir si par malheur, vous décidez de postuler, vous risquez de faire chuter votre moyenne de façon très brutale…

Si vous reconnaissez vos difficultés dans ces lignes, rassurez-vous, vous êtes tout à fait dans la norme. Les candidats ont commencé à me dire, il y a au moins 4 ans, qu’ils passaient leur temps à rechercher des offres et à remplir des formulaires. Je l’ai entendu encore et encore avant d’essayer moi-même. Face à la multiplicité des sites d’offres de tous poils, il m’a fallu parfois deux jours et demi, à temps plview-1782619_1280ein, pour faire un réel tour des offres que je recherchais en France et postuler. Et j’ose avouer qu’il me fallait encore 1 journée pour faire le tour des offres de l’étranger. Soit 3 jours et demi ! J’en garde le souvenir d’un calvaire mais j’ai compris la plainte des candidats (et commencé à utiliser Google CSE !). La recherche d’offres est un moment surréaliste (autrement dit : qui ne résiste pas au réel !) de la vie professionnelle. Il vaut mieux le savoir. Certains recruteurs, furieux, m’en parlent bien, parfois, à leur façon : « Tu te rends compte ? DEUX candidatures seulement sur telle offre… ! » ou encore «Une candidature tellement bâclée que c’est franchement scandaleux ». Oui, oui, je me rends bien compte (même si je ne conçois pas que l’on bâcle une candidature) que certaines offres sont difficilement visibles et que certains candidats sont à bout.

Résister !

La multitude des sources d’offres d’emploi sur le web nous oblige à trancher et il ne faut pas hésiter à le faire. D’abord il faut être clair dans sa démarche et pour cela, être sûr de 3 choses :

Ensuite il faut passer un (seul) long moment à étudier les sites d’emploi et les sites d’entreprises pour sélectionner une fois pour toutes, ceux qui correspondent vraiment à votre recherche et au type d’emploi que vous souhaitez, vous mettre des alertes et… ne plus jamais y remettre les pieds (sauf si vous ne recevez aucune offre bien sûr, ce qui signifie que quelque chose ne fonctionne pas) ! Ceci veut dire :

  • blackbouler tous les sites qui ne proposent pas d’alerte mail
  • faire de même avec ceux qui montrent des faiblesses techniques au moment de l’enregistrement de votre candidature (vous savez, ceux qui affichent sans complexe, une grande page blanche après l’enregistrement et après avoir ramé un temps fou alors que vous aviez passé un quart d’heure à remplir le formulaire… ou pire, après que vous ayez écrit directement, à la suite du formulaire, un message de motivation ! Et qu’il n’y ait pas de méprise : ça arrive sur des sites d’offres d’emploi et des sites de recrutement de grandes enseignes américaines et aussi françaises !)
  • privilégier les sites dont les offres sont reprises par les agrégateurs de recherche (du type Indeed ou Adzuna)
  • et si vous vous sentez d’attaque, organiser vos recherches avec des outils comme google CSE (moteur de recherche personnalisé de Google) par exemple, très pratique pour des recherches mondiales…

Enfin, il faut se détendre ! Trancher veut dire penser : « Au diable, le reste ! ». C’est difficile mais c’est une question de survie.

Comptez sur le sourcing comme sur vos prises de contact

Vous récoltez peu d’offres ? Profitez-en pour soigner vos candidatures et relancer les recruteurs quand vous êtes sans nouvelle du processus de candidature. Savez-vous combien cette attitude fait la différence entre les candidats ?

Par ailleurs, face aux difficultés de recrutement actuelles, les recruteurs sont de plus en plus fins dans leurs recherches et le sourcing de plus en plus tendance. Vous avez donc tout intérêt à profiter du temps récupéré pour chouchouter votre profil LinkedIn, cultiver votre réseau et entrer dans les cercles des entreprises qui vous font envie. C’est tellement plus rentable et gratifiant !

En résumé

  • Interrogez-vous seulement sur vos entreprises suivies (pourquoi elles ?) et sur la qualité de vos mots clés (pourquoi ceux-là ?)
  • Déboulonnez sans aucun état d’âme tous les sites non rentables dans votre recherche
  • Montre en main, ne passez pas plus de 10 heures par semaine à postuler à des offres si votre recherche de boulot est à plein temps. Si elle n’est pas à plein temps et que vous ne pouvez lui consacrer que quelques heures par semaine, élaguez encore pour ne garder que ceux qui correspondent strictement à vos plus beaux rêves
  • Une fois votre étude faite, ne retournez pas sur les sites d’offres, laissez-les venir à vous sous forme d’alerte
  • Faites en sorte de gagner en visibilité auprès des recruteurs et des entreprises que vous visez via les réseaux de toutes sortes

Rechercher des offres : dégager les bons mots clés

Parmi les difficultés actuelles liées à la recherche d’emploi, vient en tête de liste, le temps passé en recherche d’offres… Le nombre croissant de sites d’emploi ainsi que le fait que les entreprises soient de plus en plus nombreuses à organiser les candidatures directement sur leur site, rallongent le processus de recherche qui peut devenir phénoménal quand il est question de faire des recherches à l’étranger. C’est pourquoi j’ai écrit un premier article (à partir d’une étude de CareerBuilder), sur les principales façons de chercher un emploi dans 4 pays étrangers (consultable ici). Aujourd’hui, je vous propose de régler la question des mots clés avant d’aborder dans ce 3e article (cliquez ici) les sites d’emploi à l’international.

Si un jour vous avez trouvé, au moment où vous vous y attendiez le moins, une offre d’emploi vous concernant alors que vous veniez de passer des heures en recherche… cet article s’adresse à vous !

Les mots clés dans les offres rédigées en français

Il y a plusieurs problèmes mais commençons par l’accessoire : surveiller les fautes d’orthographe, les vôtres comme celles des recruteurs, peut vous faire gagner du temps. Les offres en sont bourrées, surtout dans les termes en anglais. Ainsi, si je fais une recherche de « business developer » sur Monster, je trouve 49 offres :

Capture d'écran developer

mais si je fais une recherche de « business developper » (avec 2 « p »), je trouve 315 offres…

 developper

Sachant que dans les offres de « developer » , il y a des offres de « developper » et vice-versa, ce n’est pas un problème, me direz-vous… Peut-être mais d’une part, c’est assez louche pour vous mettre sur vos gardes et d’autre part, dans le 2e cas, (celui de « developper ») les 315 offres et leurs nombreux déchets (web developer, contrôleur de gestion, téléprospecteur, chargé de recrutement… etc) vont vous faire perdre du temps. Une bonne façon de ne pas brasser du volume pour rien et d’arriver rapidement à ce que l’on souhaite (il y a assez à faire pour dégager les offres à l’international !) consiste donc à surveiller l’orthographe… Et ceci est vérifiable sur différents sites (Apec, Cadremploi, etc).

Deuxième chose : la recherche par fonction. Vous l’avez constaté, les moteurs de recherche d’offres des sites d’emploi nous proposent systématiquement de faire des recherches par « titre » (fonction), alors que ce type de recherche n’a rien d’une science exacte, même en indiquant un secteur d’activité. Même sur le moteur de recherches de l’Apec (qui à mon sens est l’un des plus satisfaisants) : les termes « animateur des ventes informatique » dégagent 414 offres et « commercial informatique », termes plus génériques, ramène 2371 offres, ce qui fait beaucoup d’offres avec beaucoup de « déchets » (formateur, developer, chargé de recrutement, etc). Mais le principal problème, celui qui nous intéresse du moins, c’est que dans les offres d’ « animateur des ventes informatique », il n’y a pratiquement pas de « commercial informatique » et vice-versa… Dans cet exemple, nous avons donc près de 3000 offres à parcourir puis il y aura tous les autres termes « métier » à essayer. Face à ces questions de langage et de culture, il faut donc s’y prendre autrement.

Une astuce possible consiste à dégager ce qui est commun entre les offres qui vous intéressent et vos recherches. Et c’est beaucoup plus rentable. Vous avez du moins, intérêt à essayer. Dans l’exemple que je viens de donner, si au lieu de définir une fonction, j’indique les mots clés suivants : « solution informatique, portefeuille clients, prospection, vente », il me reste… 137 offres mais tous les « contrôleur de gestion », « téléprospecteur » ou « chargé de communication » ont disparu. De la première à la dernière page, les offres correspondent à  des métiers de vente (aux titres variés : business developer, ingénieur commercial, attaché commercial…) dans le secteur de l’informatique.

Capture d'écran 58-46

Vous êtes plutôt un ingénieur d’affaires, en poste et vous disposez de peu de temps à consacrer à votre recherche d’emploi ? En ajoutant « management, recrutement » aux mots clés précédents, vous arrivez à 6 offres… Dans le cas inverse où vous disposez de temps mais où vous ne trouvez pas beaucoup d’offres correspondant à vos compétences et/ou votre secteur d’activité, ce travail sur les mots clés peut être réfléchi dans l’objectif de vous ouvrir des perspectives.

Toujours dans l’idée de gagner du temps et de l’énergie, dégager les bons mots clés vous permettra de vous programmer des alertes efficaces. C’est à étudier au cas par cas. Certains agrégateurs sont très… lourds ! Vous ne voyez pas le rapport entre « chargé d’affaires, informatique » et « chirurgien viscères » ? Et bien lui, si !

Pour vous aider à réfléchir à vos mots-clés, vous pouvez jeter un coup d’oeil sur l’annuaire des métiers de l’Apec (en cliquant ici)

Attention aux termes empruntés à l’anglais dans les offres en français

Voici l’exemple :

Capture d'écran 19.15

Les termes « communication digitale » permettent de dégager 701 offres. Après les quelques premières pages, les offres débordent largement sur d’autres métiers mais il n’y aucune offre de « brand content manager » (responsable de contenu de la marque), par exemple. Or si vous faites une recherche « brand content » (19 offres), vous avez là un joyeux fourre-tout mais les quelques offres de « Brand content manager » apparaissent là seulement… et pas avec les termes « communication digitale ».

Capture d'écran brand content

Tous les métiers ne regorgent pas autant de termes en anglais que la communication, le marketing et l’informatique mais suivant ce que vous faites, vous devez connaître les termes utilisés et faire des recherches spécifiques dans les moteurs de recherche.

Quels sont les mots clés à utiliser dans les offres en anglais ?

Outre les termes anglais dont certaines offres en français sont remplies, il y a la véritable recherche dans les offres rédigées en anglais, dans les pays anglophones.

Si vous voulez vous faire une idée de votre marché de l’emploi à l’étranger, dans tel ou tel pays ou si vous cherchez des offres à l’étranger, via Google, via des agrégateurs comme Adzuna.fr par exemple ou encore parce que vous avez identifié des sites d’emploi ou des cabinets étrangers, les mots-clés les plus rapidement probants sont d’abord autour du mot « french » et surtout « french native ».

Exemple sur le site de Monster Irlande : 27 offres de « French native » répondent à la recherche. Bien sûr, ces offres sont tous métiers confondus mais d’une part, 27 offres à parcourir c’est peu et d’autre part, avec ce type de recherche vous êtes sûr de votre atout. Alors vous avez la possibilité de vous créer une alerte avec ces mots clés :

Capture d'écran native

Il y a également « fluent french » ou « french bilingual » mais d’une part, tout dépend de votre niveau de langue… (sachant que vous risquez d’entrer en concurrence avec les natifs du pays en question) et d’autre part, cette recherche « fluent french » dégage 51 offres. C’est déjà trop vaste pour créer une alerte ou si vous cherchez dans plusieurs pays. Vous retrouvez alors les problèmes que vous aviez dans les offres françaises et il faut affiner vos mots clés de la même façon, en suivant les conseils ci-dessus.

Ceci étant dit, rien ne vaut l’expérience de la lecture des offres dans un premier temps, pour vous faire votre idée. Vous ne pourrez pas faire l’économie de comprendre les compétences attendues et de savoir en quoi, elles peuvent correspondre aux vôtres. Enfin il y a toutes sortes de subtilités entre les différents pays anglophones et seule une lecture attentive vous permettra de vous familiariser avec les spécificités des métiers.

Le problème de la recherche d’offres en anglais sont les abréviations. Il faut se familiariser avec tout type d’abréviation car les anglais notamment en sont friands à un point incroyable : « Inc’g salary req’ts » (including salary requirements) ou encore « a.e » (according to experience) sont parmi les abréviations qui demandent un peu d’entraînement. Tous les métiers peuvent être abrégés… et le sont, la plupart du temps ! C’est pourquoi je déconseille les agrégateurs dans un premier temps. Mieux vaut s’en tenir aux sites d’emploi ou aux sites des cabinets de recrutement.

J’ai pu trouver cette liste de traductions de métiers et fonctions (cliquez ici) et vous pouvez aussi consulter ce tableau (ici)

En conclusion générale, j’aurais donc tendance à vous conseiller de ne pas accorder votre confiance à l’aveugle. Certains sites au design plutôt réussi et à la communication agréable, peuvent être pourvus de moteurs de recherche difficiles à apprivoiser. Testez, vérifiez et faites-vous votre idée avant toute chose. Il faut éviter de faire de la recherche d’offres une source de frustration.

Nous pouvons échanger sur ce sujet dans le groupe de discussion L’Expatmobile sur LinkedIn