Rechercher des offres à l’international sur Monster, LinkedIn et l’Apec

Que les postes proposés soient en France ou à l’étranger, une fois vos mots clés définis (voir cet article), votre recherche d’offres peut s’effectuer de façon efficace et rapide grâce aux opérateurs booléens. Ces petits mots ou symboles permettent de lier entre eux vos mots clés. Voyons dans cet article comment les utiliser au mieux. Vous pourrez ensuite les appliquer partout.

I – Le cas de Monster.com (et non « .fr »…)
Monster.com vous permet de faire des recherches par pays. Si vous vous orientez vers les USA, le Canada ou encore l’Allemagne, n’oubliez pas ce que j’indiquais dans un article récent (cliquez ici) à savoir que dans ces pays, Monster est leader en termes de postes pourvus…
Lorsque vous démarrez une recherche dans un pays, faire une recherche avec « French native » (avec des guillemets) vous donne une idée des emplois auxquels vous êtes susceptible de répondre en tant que Français. Si vous faites une recherche sur le Royaume-Uni par exemple, en arrivant sur monster.co.uk, vous indiquerez « french native » dans l’espace « mots clés ». Les guillemets indiquent au moteur de recherche que vous recherchez cette expression exacte dans toutes les annonces. Vous éviterez ainsi (dans un premier temps) tous les « french fluent, french bilingual… » mais aussi tous les « spanish native, italien native… » etc. C’est à dire le cumul des offres avec l’un ou l’autre de ces mots.

Capture d'écran 2015-10-01 11.40.00

Cette recherche donne 6 offres.
Si je poursuis ma recherche avec l’exemple de mon article précédent (commercial en informatique), je peux faire une nouvelle recherche avec ces quelques mots clés : french, sales, software (il est difficile de faire une recherche avec le mot « IT »), portfolio. Pour être sûr d’avoir ces quatre mots dans la même offre (et non : toutes les offres avec « french » + toutes les offres avec le mot « sales » + toutes les offres avec le mot « software », etc), vous allez utiliser AND en majuscule. Ce qui fait : « French » AND « sales » AND « software» AND «portolio » afin d’obtenir seulement les offres contenant tous ces mots à la fois. Ce qui donne dans cet exemple, 56 offres (avec quelques beaux postes dont l’un basé… à Paris !)

Capture d'écran 2015-10-01 18.25.31

Ceci n’est qu’un exemple à affiner, bien sûr (« portfolio » notamment, pour « portefeuille de clients » est discutable).
Vous avez utilisé ici 2 opérateurs : les guillemets et « ET », qui sont la plupart du temps, suffisants. Un 3e est l’astérisque qui après la racine d’un mot, va vous donner tous les résultats contenant cette racine. Exemple : Transl* va vous donner à la fois tous les postes de translator et toutes les offres avec les mots associés : translation, translate, etc.
Lorsque vous faites des recherche en France, sur Monster.fr, vous avez intérêt à utiliser au maximum la recherche sémantique qui est une des options proposées car c’est aux recherches par métier et par secteur que ce moteur réagit le mieux. Par contre, dès qu’il est question d’élargir sa recherche, il faut revenir aux opérateurs booléens que je viens de citer.

II – La recherche d’offres sur le site de l’Apec
L’Apec propose de l’emploi cadre en France dans des entreprises internationalisées mais aussi quelques offres à l’étranger. Vous les avez peut-être vues. Pour cela, il suffit, après avoir indiqué vos mots clés, de regarder, sur la gauche, le chiffre indiqué à côté de l’onglet « international ».
Sur 45 000 offres, 700 sont à l’international. C’est assez peu mais l’intérêt de ces offres est aussi de découvrir des cabinets de recrutement travaillant avec l’étranger et de repérer des entreprises étrangères se développant en France.
Le moteur de l’Apec est capable de repérer de nombreux postes allant dans le sens de ce que vous recherchez. C’est à dire proche de vos mots clés. Mais il est d’autant plus performant avec quelques opérateurs booléens comme ET, OU (commercial OU chargé d’affaires OU ingénieur d’affaires) ainsi qu’avec des guillemets (lorsque vous voulez retrouver des termes précis). N’oubliez pas de mettre vos opérateurs en majuscule.
Vous pouvez alors faire des recherches très efficaces, très rapides et créer des alertes.

III – Rechercher des offres à l’étranger sur LinkedIn
Vous utilisez probablement LinkedIn dans vos recherches d’emploi en France et peut-être aussi dans vos recherches à l’étranger. Si oui, vous avez raison. LinkedIn peut être utilisé à la fois pour vous donner une idée de votre marché de l’emploi potentiel dans tel ou tel pays ou tout simplement pour rechercher des offres. Ces dernières sont d’une grande qualité. A l’heure où j’écris ces lignes, je dispose du nouveau bureau de LinkedIn et des fonctionnalités qui évoluent ou changent sans cesse… C’est pourquoi je vais progresser en tenant cette article à jour.

En vous rendant sur la page « Carrières », sur l’onglet « emplois »

capture-partie-ii-chap-3

commençons simplement par une recherche sur 2 fonctions (avec OR en majuscules), dans le monde entier :

capture-partie-ii-chap-3-3

Pour une raison que j’ignore, ça ne fonctionne pas toujours immédiatement mais en insistant, ça fini par fonctionner ( !).

Notez que pour vous faire votre idée du marché de l’emploi dans le monde et dans vos fonctions, vous n’avez plus besoin de personne

Les filtres là, deviennent très intéressants (j’avais déjà filtré par date). Il est possible de filtrer par pays, par secteur et par fonction.

capture-partie-ii-chap-3-4

Dans mon exemple, si je décide que je ne veux pas des relations publiques, ni de la gestion (comme secteurs) mais que je veux tous les autres secteurs, je coche ceux qui m’intéressent et qui s’affichent.  Reste 254 offres seulement :

capture-partie-ii-chap-3-5

Les filtres sélectionnés s’affichent au-dessus de la première offre d’emploi.

Voyons à présent une autre façon de faire car ici, la recherche est bridée par des fonctions.

Je veux rechercher avec des mots clés liés à des compétences. Admettons que vous soyez commercial et que vous recherchiez un poste dans les cosmétiques. Nous avons vu dans les mots-clés que nous sommes sûrs des termes : portefeuille client (laissons le au singulier), vente, prospection. Ajoutons le secteur (cosmétiques) ainsi que le terme : international.

Nous allons utiliser quelques opérateurs booléens

5 opérateurs booléens fonctionnent dans Linkedin, voici ce qu’écrit l’assistance de LinkedIn :

  • Recherches avec NOT : si vous souhaitez exclure un terme précis, insérez l’expression NOT devant ce terme (par ex. : NOT ordinateur). Par exemple, saisissez “programmeur NOT manager”.
  • Recherches avec OR : si vous souhaitez inclure un ou plusieurs termes d’une liste dans les résultats, séparez les termes avec le mot OR en majuscules. Par exemple, saisissez “ventes OR marketing”.
  • Recherches avec AND : si vos résultats doivent inclure au moins deux termes d’une liste, vous pouvez utiliser le mot AND en majuscules comme séparateur. Par exemple, saisissez “manager AND directeur”. Remarque :vous n’avez pas besoin d’utiliser AND. Si vous saisissez deux termes ou plus, les résultats affichés incluront automatiquement l’ensemble des termes.
  • Recherches avec parenthèses : pour effectuer une recherche complexe, vous pouvez associer les termes en utilisant des parenthèses. Par exemple, pour trouver des personnes dont le profil contient “VP”, ou qui ont à la fois directeur ET division dans leur profil, saisissez “VP OR (directeur AND division)”.

Lors du traitement des recherches, l’ordre de priorité global est le suivant :

  1. Guillemets [“”]
  2. Parenthèses [()]
  3. NOT
  4. AND
  5. OR

En résumé :

  • AND que vous n’avez pas besoin de connaître ( !) car l’espace entre deux mots correspond à « AND ». Exemple : si vous entrez : communication digitale, sur le moteur de recherche, cela signifie : communication AND digitale
  • OR est probablement l’opérateur que vous allez utiliser le plus : business developer OR business developper (au cas où celui qui a rédigé l’annonce ait fait une faute d’orthographe…)
  • NOT (pour exclure)
  • «  Les guillements » pour sélectionner une expression exacte

Préparons notre recherche. La voici :

Portefeuille client vente prospection cosmétique international

capture-partie-ii-chap-3-6

Elle dégage une offre d’une entreprise étrangère, en France.

Si elle vous convient, vous êtes prêt à mettre une alerte de recherche et vous pouvez passer à une recherche en anglais.

Il est souvent question de : « business development », « sales » (ou « selling ») dans les offres, ajoutons « cosmetics » (pour avoir un secteur, sinon, nous allons avoir 100 000 offres…) et ajoutons également « french » (langage que vous possédez). Vous pourrez ajouter « french native » (si vous vous sentez moins sûr de votre anglais).

Nous allons donc mettre les mots suivants :

french sales perfume OR french business development cosmetics

capture-partie-ii-chap-3-7

Voici 12 offres (remarquez que les titres de postes sont différents…) dont le lieu est indiqué (sur la droite) : 3 offres au Canada, 3 dans le Royaume-Uni, etc…

Wouhaou ! n’est-ce pas ?

Evidemment, la première fois, c’est la migraine garantie ! Et évidement ce ne sont que des exemples qui peuvent être affinés à loisir !

N’oubliez pas de créer des alertes pour chaque recherche probante.

Vous allez rapidement devenir des pros dans ce domaine.

Qui mieux que ce type de recherche peut vous donner une idée du marché de l’emploi et vous collecter des offres ? Absolument personne.

III – Trouver des sites d’emploi étrangers : LA bonne adresse
Si vous souhaitez savoir quels sont les principaux sites d’emploi dans tel ou tel pays, vous avez tout intérêt à utiliser jobboardfinder.net qui répertorie plus de 800 sites d’emploi dans le monde. Il est également très efficace pour trouver des sites d’emploi par secteur d’activité en France.


Perspectives 2016 sur la recherche d’emploi à l’international et l’expatriation

Cooptation quand tu nous tiens…

La cooptation dont la cote est montante, va rester une tendance « essentielle et durable dans les recrutements ». Sur l’étude de LinkedIn, elle apparaît nettement : entre 2014 et 2015, les recrutements à l’issue d’une cooptation ont doublé dans certains pays (aux USA et en Chine) et même triplé en Allemagne. En moyenne mondiale, ce type de recrutement a doublé en 1 an. Après nous avoir, dans un premier temps, sorti de l’anonymat, les réseaux sociaux continuent sur leur lancée et aujourd’hui, l’exigence de reconnaissance mutuelle est forte. L’isolement n’a jamais été payant en matière de recherche d’emploi mais il est en passe de devenir rédhibitoire. Et ce sera peut-être le plus grand basculement de 2016 en matière de recrutement ! La question n’est plus de savoir si le réseau peut vous aider à changer d’emploi mais plutôt s’il est suffisant pour vous le permettre… Et ceci devient vrai aux quatre coins du globe. A vous d’étudier cette question que vous pouvez peut-être prendre… d’abord à l’envers : « Qui est manquant dans mon réseau ? » avant d’affiner ensuite : « A quel type de poste mon réseau peut-il me mener ? Qui peut parler de mes compétences ? Qui le fera ? » etc. Ces questions sont multiples et décisives.

C’était prévu de longue date mais LinkedIn l’annonce : détrônant les sites d’emploi, les réseaux sociaux occuperaient la première place pour recruter des profils de « qualité ». Il est donc bien certain qu’en 2016 chasse, vérifications de profils et nombre d’offres postées sur les réseaux ne feront que croître. Vous pouvez vérifier vos connaissances en matière d’utilisation de LinkedIn en consultant les documents créés par LinkedIn France (dont celui-ci et celui-ci) et vous avez intérêt à suivre les publications de LinkedIn France sur le sujet. Vous trouverez également au bas de cette page, des liens vers les actualités de LinkedIn dans les autres pays.

Le mythe de l’expatriation « classique » est mort : vive l’expatrié ?

Une étude Ipsos sur les Français de l’étranger, parue à l’automne 2015, indique que 38% des expatriés sont partis pour « progresser dans leur vie professionnelle » (ce qui correspond tout à fait aux résultats de l’étude du Boston Consulting Group sur laquelle j’ai écrit un article sur GlobalizNow) mais ce qu’elle annonce surtout est que 67% des expatriés français travaillent dans des entreprises étrangères et qu’ils ont trouvé leur travail sur place. Ces chiffres sont très clairs et si vous espérez partir ou repartir avec une entreprise française, notez bien que seuls 14% des expatriés français le sont du fait de leur entreprise et que seulement 7% ont été recrutés pour être expatriés… Cette tendance est amorcée depuis plusieurs années et en 2016, si vous êtes déterminé à partir… envisagez sérieusement de vous y prendre autrement !

Quels sont les pays porteurs, professionnellement parlant ?

Si la progression professionnelle est votre moteur, une étude d’Aon « Trends-in-Global-Employee-Engagement » confirme certaines tendances que voici : en 2015, les possibilités les plus importantes étaient « en Inde, au Canada et sur tous les marchés à forte croissance en Amérique Latine ». A l’inverse, les plus petites progressions étaient enregistrées au Japon et dans les pays d’Europe de l’Ouest. En 2016, cette tendance devrait rester la même avec une probable et importante progression des possibilités dans les pays d’Europe de l’Est. C’est du moins, mon analyse.

Vous vous interrogez sur le peu de retour de vos candidatures ?

Retenez deux des chiffres avancés récemment par Careerbuilder. En moyenne mondiale, il faut 9 candidatures pour obtenir 2 entretiens (téléphonique ou de visu) et 40% des candidatures restent sans réponse. 2016 ne devrait apporter aucun changement mais une bonne résolution peut être de savoir comment vous vous situez par rapport à cette moyenne. Si vous avez un meilleur rendement, c’est formidable mais s’il est moins bon, sachez (sans en faire une obsession) en découvrir la cause.

Des chercheurs d’emploi avisés face à des recruteurs frileux ?

C’est l’évidence, chercheurs d’emploi et recruteurs ne sont pas sur le même plan. Pour les premiers, l’enjeu est vital tandis que pour les seconds, le risque est du côté de l’erreur. Les premiers ont donc tendance à être innovants et créatifs tandis que la peur de se tromper tend à rendre les seconds, précautionneux. D’où quelques difficultés de communication. Un compte-rendu du Lab’Ho* titrait récemment : « Des recruteurs trop conservateurs par crainte de l’inconnu et des candidats modernistes par nécessité ». La difficulté de la recherche d’emploi vous rend généralement innovants et habiles et c’est très bien mais ne changez rien ! D’une part, gardez en tête que la plupart des recruteurs à l’international sont très, très avisés… et de l’autre, sachez que le recrutement connaît lui aussi, depuis plusieurs années, des difficultés qui le secoue beaucoup. Pour 2016, il faut envisager des recruteurs encore mieux formés, plus avertis, plus chasseurs (sur les réseaux), œuvrant avec toujours plus de technique voire avec une pointe de technologie (tests, mises en situations, applications,…)

Avec tous mes voeux de réussite !
* « Recruter, recrutez, recruté(e)s autrement » est la première étude menée par le Lab’Ho pour « Oui, le Cercle pour l’emploi », espace de réflexion lancé par le Groupe Adecco