Recherche d’emploi à l’international : utile le CV vidéo ?

Avec la montée en puissance de la vidéo, les interrogations des candidats à l’emploi à l’international, sont nombreuses : comme outil de candidature, la vidéo est-elle indispensable ou superflue ? A quoi sert-elle exactement ? Comment faire quelque chose de vraiment utile en étant aussi concis ? L’exercice n’est-il pas risqué ? Qu’en pensent les DRH ?…

A quoi sert la vidéo dans un processus de recrutement ?

Je n’adhère pas vraiment aux discours des partisans de la vidéo disant que la vidéo sert à se démarquer. Chercher à se démarquer à tout prix, ne peut pas être le but ultime d’un candidat, à mon sens. La recherche d’emploi engage bien d’autres choses qui vont au-delà du marketing de soi. Et puis, la vidéo a bien d’autres arguments. Son atout majeur, à mon avis, est de rendre visible ce qui est invisible sur un CV. Et tout compte fait, on ne voit pas grand-chose sur un CV ! Ni votre personnalité, ni la façon dont vous vous exprimez, en français et dans une ou des langue(s) étrangère(s). Dans ce sens, la vidéo peut être vue comme un outil complémentaire du CV. Une vidéo n’est pas non plus, une lettre de motivation. Son contenu est encore différent. C’est donc dans un pitch que vous allez pouvoir montrer votre personnalité et vous exprimer. Dans un bon pitch de 2 minutes ! Là, les envies de vidéo prennent tout leur sens…

En vous cherchant une source d’inspiration, je me suis souvenue des excellentes vidéos des élèves de Grenoble INP et j’ai posé toutes vos questions à John Kenwright, ‎Project Manager and ICTL Instructor à Grenoble INP. Voici donc les objectifs et les façons de faire de Grenoble INP.

John Kenwright est à l’origine de i3CV. L’Interactive International Internet CV est une présentation multimédia qui complète le « CV papier » pour candidater à l’international. Les jeunes diplômés de l’Institut Polytechnique de Grenoble se présentent dans une courte vidéo, en anglais et éventuellement d’autres langues (avec sous-titrage en anglais). L’opération a débuté en 2010. Aujourd’hui, plus de 700 élèves ont bénéficié de ce service et plus de 200 vidéos ont été mises en ligne.

Quelles sont vos ambitions avec cette opération ?

J. Kenwright: A l’heure du web 2.0, le CV seul ne suffit pas et les étudiants en ont bien conscience. Pour les jeunes diplômés qui s’apprêtent à mettre le pied à l’étrier de l’international, ce programme permet d’abord un parcours d’introspection répondant à la question : « Quels sont mes atouts ? ». C’est pourquoi, nous avons créé un vrai parcours avec du coaching réalisé par des DRH, du coaching linguistique, une conférence sur l’emploi à l’international, un concours de CV (Ultimate CV*) et le tournage et le montage d’un CV vidéo. Les objectifs visés sont d’aider les étudiants à mieux communiquer sur le plan professionnel, préparer les entretiens d’embauche à venir et augmenter leurs chances lors des candidatures à l’international. Ce programme valorise également l’attractivité de notre école.

Quel est le niveau d’anglais requis pour les ingénieurs ?

J. Kenwright : B2 est le niveau requis. L’anglais est testé en externe.

Comment se déroule la préparation du CV vidéo ?

J. Kenwright: En dernière année, que ce soit pour l’international ou non, tous les étudiants bénéficient de coaching en recherche d’emploi. Ceux qui souhaitent rejoindre i3CV, bénéficient de coaching supplémentaire. Une préparation est insérée dans leur cours d’anglais, d’une part. Par ailleurs, ils vont préparer le pitch destiné à la vidéo avec un réseau de partenaires de notre école. Il s’agit d’un réseau de DRH ou d’anciens dirigeants. Ce pitch doit faire 1 minute 30 à 2 minutes au maximum. Il doit comporter des anecdotes et exprimer les ambitions de l’étudiant.

Ceci prêt, ils bénéficient d’un dernier coaching linguistique et professionnel puis la vidéo est tournée en une heure. Plusieurs versions sont réalisées et les étudiants choisissent la version qu’ils préfèrent.

Quel conseil donneriez-vous sur la préparation ?

J. Kenwright: La seule vraie question à se poser est : « Que vais-je dire qui va compléter mon CV ? »

Avez-vous des retours de DRH à l’international ?

J. Kenwright: 90% de la quinzaine de DRH européens sondés, pensent que c’est utile ! Ils regardent les vidéos pour 2 raisons : pour voir la personnalité du candidat et pour se faire une idée de leurs qualités linguistiques. Mais comment savoir la part exacte de la vidéo dans l’embauche du jeune diplômé ? La réponse à cette question n’est pas facile à obtenir…

Du côté des étudiants, nous effectuons 2 sondages par an. Les retours sont excellents à 90%.

Télécharger des exemples de vidéos

Je traiterai la question technique de la vidéo à faire soi-même dans un prochain article à venir très rapidement.

*Ultimate CV est un concours pour déterminer le CV le plus innovant. Le jury est composé d’une quinzaine de référents.

 


Rechercher des offres à l’international sur Monster, LinkedIn et l’Apec

Que les postes proposés soient en France ou à l’étranger, une fois vos mots clés définis (voir cet article), votre recherche d’offres peut s’effectuer de façon efficace et rapide grâce aux opérateurs booléens. Ces petits mots ou symboles permettent de lier entre eux vos mots clés. Voyons dans cet article comment les utiliser au mieux. Vous pourrez ensuite les appliquer partout.

I – Le cas de Monster.com (et non « .fr »…)
Monster.com vous permet de faire des recherches par pays. Si vous vous orientez vers les USA, le Canada ou encore l’Allemagne, n’oubliez pas ce que j’indiquais dans un article récent (cliquez ici) à savoir que dans ces pays, Monster est leader en termes de postes pourvus…
Lorsque vous démarrez une recherche dans un pays, faire une recherche avec « French native » (avec des guillemets) vous donne une idée des emplois auxquels vous êtes susceptible de répondre en tant que Français. Si vous faites une recherche sur le Royaume-Uni par exemple, en arrivant sur monster.co.uk, vous indiquerez « french native » dans l’espace « mots clés ». Les guillemets indiquent au moteur de recherche que vous recherchez cette expression exacte dans toutes les annonces. Vous éviterez ainsi (dans un premier temps) tous les « french fluent, french bilingual… » mais aussi tous les « spanish native, italien native… » etc. C’est à dire le cumul des offres avec l’un ou l’autre de ces mots.

Capture d'écran 2015-10-01 11.40.00

Cette recherche donne 6 offres.
Si je poursuis ma recherche avec l’exemple de mon article précédent (commercial en informatique), je peux faire une nouvelle recherche avec ces quelques mots clés : french, sales, software (il est difficile de faire une recherche avec le mot « IT »), portfolio. Pour être sûr d’avoir ces quatre mots dans la même offre (et non : toutes les offres avec « french » + toutes les offres avec le mot « sales » + toutes les offres avec le mot « software », etc), vous allez utiliser AND en majuscule. Ce qui fait : « French » AND « sales » AND « software» AND «portolio » afin d’obtenir seulement les offres contenant tous ces mots à la fois. Ce qui donne dans cet exemple, 56 offres (avec quelques beaux postes dont l’un basé… à Paris !)

Capture d'écran 2015-10-01 18.25.31

Ceci n’est qu’un exemple à affiner, bien sûr (« portfolio » notamment, pour « portefeuille de clients » est discutable).
Vous avez utilisé ici 2 opérateurs : les guillemets et « ET », qui sont la plupart du temps, suffisants. Un 3e est l’astérisque qui après la racine d’un mot, va vous donner tous les résultats contenant cette racine. Exemple : Transl* va vous donner à la fois tous les postes de translator et toutes les offres avec les mots associés : translation, translate, etc.
Lorsque vous faites des recherche en France, sur Monster.fr, vous avez intérêt à utiliser au maximum la recherche sémantique qui est une des options proposées car c’est aux recherches par métier et par secteur que ce moteur réagit le mieux. Par contre, dès qu’il est question d’élargir sa recherche, il faut revenir aux opérateurs booléens que je viens de citer.

II – La recherche d’offres sur le site de l’Apec
L’Apec propose de l’emploi cadre en France dans des entreprises internationalisées mais aussi quelques offres à l’étranger. Vous les avez peut-être vues. Pour cela, il suffit, après avoir indiqué vos mots clés, de regarder, sur la gauche, le chiffre indiqué à côté de l’onglet « international ».
Sur 45 000 offres, 700 sont à l’international. C’est assez peu mais l’intérêt de ces offres est aussi de découvrir des cabinets de recrutement travaillant avec l’étranger et de repérer des entreprises étrangères se développant en France.
Le moteur de l’Apec est capable de repérer de nombreux postes allant dans le sens de ce que vous recherchez. C’est à dire proche de vos mots clés. Mais il est d’autant plus performant avec quelques opérateurs booléens comme ET, OU (commercial OU chargé d’affaires OU ingénieur d’affaires) ainsi qu’avec des guillemets (lorsque vous voulez retrouver des termes précis). N’oubliez pas de mettre vos opérateurs en majuscule.
Vous pouvez alors faire des recherches très efficaces, très rapides et créer des alertes.

III – Rechercher des offres à l’étranger sur LinkedIn
Vous utilisez probablement LinkedIn dans vos recherches d’emploi en France et peut-être aussi dans vos recherches à l’étranger. Si oui, vous avez raison. LinkedIn peut être utilisé à la fois pour vous donner une idée de votre marché de l’emploi potentiel dans tel ou tel pays ou tout simplement pour rechercher des offres. Ces dernières sont d’une grande qualité. A l’heure où j’écris ces lignes, je dispose du nouveau bureau de LinkedIn et des fonctionnalités qui évoluent ou changent sans cesse… C’est pourquoi je vais progresser en tenant cette article à jour.

En vous rendant sur la page « Carrières », sur l’onglet « emplois »

capture-partie-ii-chap-3

commençons simplement par une recherche sur 2 fonctions (avec OR en majuscules), dans le monde entier :

capture-partie-ii-chap-3-3

Pour une raison que j’ignore, ça ne fonctionne pas toujours immédiatement mais en insistant, ça fini par fonctionner ( !).

Notez que pour vous faire votre idée du marché de l’emploi dans le monde et dans vos fonctions, vous n’avez plus besoin de personne

Les filtres là, deviennent très intéressants (j’avais déjà filtré par date). Il est possible de filtrer par pays, par secteur et par fonction.

capture-partie-ii-chap-3-4

Dans mon exemple, si je décide que je ne veux pas des relations publiques, ni de la gestion (comme secteurs) mais que je veux tous les autres secteurs, je coche ceux qui m’intéressent et qui s’affichent.  Reste 254 offres seulement :

capture-partie-ii-chap-3-5

Les filtres sélectionnés s’affichent au-dessus de la première offre d’emploi.

Voyons à présent une autre façon de faire car ici, la recherche est bridée par des fonctions.

Je veux rechercher avec des mots clés liés à des compétences. Admettons que vous soyez commercial et que vous recherchiez un poste dans les cosmétiques. Nous avons vu dans les mots-clés que nous sommes sûrs des termes : portefeuille client (laissons le au singulier), vente, prospection. Ajoutons le secteur (cosmétiques) ainsi que le terme : international.

Nous allons utiliser quelques opérateurs booléens

5 opérateurs booléens fonctionnent dans Linkedin, voici ce qu’écrit l’assistance de LinkedIn :

  • Recherches avec NOT : si vous souhaitez exclure un terme précis, insérez l’expression NOT devant ce terme (par ex. : NOT ordinateur). Par exemple, saisissez “programmeur NOT manager”.
  • Recherches avec OR : si vous souhaitez inclure un ou plusieurs termes d’une liste dans les résultats, séparez les termes avec le mot OR en majuscules. Par exemple, saisissez “ventes OR marketing”.
  • Recherches avec AND : si vos résultats doivent inclure au moins deux termes d’une liste, vous pouvez utiliser le mot AND en majuscules comme séparateur. Par exemple, saisissez “manager AND directeur”. Remarque :vous n’avez pas besoin d’utiliser AND. Si vous saisissez deux termes ou plus, les résultats affichés incluront automatiquement l’ensemble des termes.
  • Recherches avec parenthèses : pour effectuer une recherche complexe, vous pouvez associer les termes en utilisant des parenthèses. Par exemple, pour trouver des personnes dont le profil contient “VP”, ou qui ont à la fois directeur ET division dans leur profil, saisissez “VP OR (directeur AND division)”.

Lors du traitement des recherches, l’ordre de priorité global est le suivant :

  1. Guillemets [“”]
  2. Parenthèses [()]
  3. NOT
  4. AND
  5. OR

En résumé :

  • AND que vous n’avez pas besoin de connaître ( !) car l’espace entre deux mots correspond à « AND ». Exemple : si vous entrez : communication digitale, sur le moteur de recherche, cela signifie : communication AND digitale
  • OR est probablement l’opérateur que vous allez utiliser le plus : business developer OR business developper (au cas où celui qui a rédigé l’annonce ait fait une faute d’orthographe…)
  • NOT (pour exclure)
  • «  Les guillements » pour sélectionner une expression exacte

Préparons notre recherche. La voici :

Portefeuille client vente prospection cosmétique international

capture-partie-ii-chap-3-6

Elle dégage une offre d’une entreprise étrangère, en France.

Si elle vous convient, vous êtes prêt à mettre une alerte de recherche et vous pouvez passer à une recherche en anglais.

Il est souvent question de : « business development », « sales » (ou « selling ») dans les offres, ajoutons « cosmetics » (pour avoir un secteur, sinon, nous allons avoir 100 000 offres…) et ajoutons également « french » (langage que vous possédez). Vous pourrez ajouter « french native » (si vous vous sentez moins sûr de votre anglais).

Nous allons donc mettre les mots suivants :

french sales perfume OR french business development cosmetics

capture-partie-ii-chap-3-7

Voici 12 offres (remarquez que les titres de postes sont différents…) dont le lieu est indiqué (sur la droite) : 3 offres au Canada, 3 dans le Royaume-Uni, etc…

Wouhaou ! n’est-ce pas ?

Evidemment, la première fois, c’est la migraine garantie ! Et évidement ce ne sont que des exemples qui peuvent être affinés à loisir !

N’oubliez pas de créer des alertes pour chaque recherche probante.

Vous allez rapidement devenir des pros dans ce domaine.

Qui mieux que ce type de recherche peut vous donner une idée du marché de l’emploi et vous collecter des offres ? Absolument personne.

III – Trouver des sites d’emploi étrangers : LA bonne adresse
Si vous souhaitez savoir quels sont les principaux sites d’emploi dans tel ou tel pays, vous avez tout intérêt à utiliser jobboardfinder.net qui répertorie plus de 800 sites d’emploi dans le monde. Il est également très efficace pour trouver des sites d’emploi par secteur d’activité en France.


Pourquoi il faut éviter les sites d’offres d’emploi

Vous passez un temps fou en recherche d’offres d’emploi, peut-être même vous demandez-vous si c’est normal. Vous pouvez aussi culpabiliser d’y passer trop temps ou à l’inverse, avoir jeté l’éponge et vous y plonger seulement quand vous vous sentez d’attaque… Mettez-vous à l’aise : les lignes qui suivent sont pour vous !

Il est de nombreuses choses sur lesquelles le chercheur d’emploi a peu de prise : son futur professionnel, son quotidien futur, ses finances, l’avancement de ses candidatures, la valeur de son expérience professionnelle ou encore l’image que les recruteurs ont de lui. C’est beaucoup. Par contre, parmi ce qu’il peut maîtriser, il y a une chose qu’il peut gérer parfaitement : son temps de recherche d’offres d’emploi. Donc là, il vaut mieux ne pas se rater.

Globalement les postes sont pourvus de 3 façons : suite à une offre d’emploi, suite à un contact réseau ou suite à une candidature spontanée et grosso modo, ces trois moyens se divisent en trois parts à peu près égales, en France du moins (car la candidature spontanée est plus développée en France qu’ailleurs). Ce qui signifie finalement qu’il y a une chance sur 3 pour que votre prochain poste soit trouvé grâce à une offre d’emploi. Logiquement, si vous souhaitez gérer votre temps intelligemment, votre recherche d’offres d’emploi ne peut donc occuper qu’un tiers de votre temps de recherche

Ceci signifie que vous pouvez passer une bonne dizaine d’heures par semaine à chercher des offres, postuler et organiser vos candidatures de façon à en garder une trace. Face à la multiplicité des sources, une dizaine d’heures pour trouver des offres, les assimiler, adapter votre CV, faire la lettre de motivation, c’est très peu. Si actuellement, vous traquez les offres sur une dizaine de sites (ce qui est vite fait surtout si vous cherchez aussi à l’étranger) et que vous passez une heure par site (ce qui est finalement peu), vous risquez fort de manquer de temps pour faire la lettre de motivation si inspirante, à laquelle vous songez.. ! Inutile de dire que si vous êtes en poste et que vous avez une dizaine d’heures au max par semaine à consacrer à votre recherche, contacts réseaux compris, vous êtes complètement out…

Pour corser le tout, depuis plusieurs années, beaucoup d’entreprises et les groupes notamment, préfèrent que les « candidats postulent sur leur site ». C’est pourquoi beaucoup d’entre eux ne diffusent leurs offres d’emploi que sur leurs sites. Soit ! Il faut donc se rendre sur les sites en question,  mettre une alerte mail ou organiser la tournée des offres d’emploi de façon régulière. A raison d’un formulaire long comme le bras à remplir si par malheur, vous décidez de postuler, vous risquez de faire chuter votre moyenne de façon très brutale…

Si vous reconnaissez vos difficultés dans ces lignes, rassurez-vous, vous êtes tout à fait dans la norme. Les candidats ont commencé à me dire, il y a au moins 4 ans, qu’ils passaient leur temps à rechercher des offres et à remplir des formulaires. Je l’ai entendu encore et encore avant d’essayer moi-même. Face à la multiplicité des sites d’offres de tous poils, il m’a fallu parfois deux jours et demi, à temps plview-1782619_1280ein, pour faire un réel tour des offres que je recherchais en France et postuler. Et j’ose avouer qu’il me fallait encore 1 journée pour faire le tour des offres de l’étranger. Soit 3 jours et demi ! J’en garde le souvenir d’un calvaire mais j’ai compris la plainte des candidats (et commencé à utiliser Google CSE !). La recherche d’offres est un moment surréaliste (autrement dit : qui ne résiste pas au réel !) de la vie professionnelle. Il vaut mieux le savoir. Certains recruteurs, furieux, m’en parlent bien, parfois, à leur façon : « Tu te rends compte ? DEUX candidatures seulement sur telle offre… ! » ou encore «Une candidature tellement bâclée que c’est franchement scandaleux ». Oui, oui, je me rends bien compte (même si je ne conçois pas que l’on bâcle une candidature) que certaines offres sont difficilement visibles et que certains candidats sont à bout.

Résister !

La multitude des sources d’offres d’emploi sur le web nous oblige à trancher et il ne faut pas hésiter à le faire. D’abord il faut être clair dans sa démarche et pour cela, être sûr de 3 choses :

Ensuite il faut passer un (seul) long moment à étudier les sites d’emploi et les sites d’entreprises pour sélectionner une fois pour toutes, ceux qui correspondent vraiment à votre recherche et au type d’emploi que vous souhaitez, vous mettre des alertes et… ne plus jamais y remettre les pieds (sauf si vous ne recevez aucune offre bien sûr, ce qui signifie que quelque chose ne fonctionne pas) ! Ceci veut dire :

  • blackbouler tous les sites qui ne proposent pas d’alerte mail
  • faire de même avec ceux qui montrent des faiblesses techniques au moment de l’enregistrement de votre candidature (vous savez, ceux qui affichent sans complexe, une grande page blanche après l’enregistrement et après avoir ramé un temps fou alors que vous aviez passé un quart d’heure à remplir le formulaire… ou pire, après que vous ayez écrit directement, à la suite du formulaire, un message de motivation ! Et qu’il n’y ait pas de méprise : ça arrive sur des sites d’offres d’emploi et des sites de recrutement de grandes enseignes américaines et aussi françaises !)
  • privilégier les sites dont les offres sont reprises par les agrégateurs de recherche (du type Indeed ou Adzuna)
  • et si vous vous sentez d’attaque, organiser vos recherches avec des outils comme google CSE (moteur de recherche personnalisé de Google) par exemple, très pratique pour des recherches mondiales…

Enfin, il faut se détendre ! Trancher veut dire penser : « Au diable, le reste ! ». C’est difficile mais c’est une question de survie.

Comptez sur le sourcing comme sur vos prises de contact

Vous récoltez peu d’offres ? Profitez-en pour soigner vos candidatures et relancer les recruteurs quand vous êtes sans nouvelle du processus de candidature. Savez-vous combien cette attitude fait la différence entre les candidats ?

Par ailleurs, face aux difficultés de recrutement actuelles, les recruteurs sont de plus en plus fins dans leurs recherches et le sourcing de plus en plus tendance. Vous avez donc tout intérêt à profiter du temps récupéré pour chouchouter votre profil LinkedIn, cultiver votre réseau et entrer dans les cercles des entreprises qui vous font envie. C’est tellement plus rentable et gratifiant !

En résumé

  • Interrogez-vous seulement sur vos entreprises suivies (pourquoi elles ?) et sur la qualité de vos mots clés (pourquoi ceux-là ?)
  • Déboulonnez sans aucun état d’âme tous les sites non rentables dans votre recherche
  • Montre en main, ne passez pas plus de 10 heures par semaine à postuler à des offres si votre recherche de boulot est à plein temps. Si elle n’est pas à plein temps et que vous ne pouvez lui consacrer que quelques heures par semaine, élaguez encore pour ne garder que ceux qui correspondent strictement à vos plus beaux rêves
  • Une fois votre étude faite, ne retournez pas sur les sites d’offres, laissez-les venir à vous sous forme d’alerte
  • Faites en sorte de gagner en visibilité auprès des recruteurs et des entreprises que vous visez via les réseaux de toutes sortes

Le Brexit, quelles conséquences pour les expatriés et les étudiants internationaux ?

Le Royaume-Uni est le deuxième pays d’expatriation des Français et pour cause, ce territoire a jusque à ce jour, regroupé les pays anglophones les plus faciles d’accès pour des Européens. La communauté française actuelle est évaluée à 300 000 personnes. En tant que ressortissants de l’Union Européenne, les Français ont pour l’instant, été libres de circuler et de travailler dans tout le royaume, sous réserve d’avoir au moins une carte d’identité ou un passeport. Au-delà de six mois de résidence, un permis de résidence était recommandé sans être obligatoire.

Cette décision de quitter l’Union doit être encore notifiée par le gouvernement britannique au Conseil européen. Elle donnera lieu ensuite à des négociations avec les instances européennes. Ces négociations dureront au moins deux ans. Pour l’instant donc, ni les étudiants de la rentrée 2016, ni les expatriés français travaillant au Royaume-Uni, ne sont touchés. L’avenir cependant, mérite d’être réfléchi…

Le Brexit entraînera une complication des démarches de séjour et de travail

Dans le plus noir des scénarios, le Royaume-Uni peut chercher à s’aligner sur les Etats-Unis… où la difficulté pour travailler et obtenir un visa ne sont plus à démontrer. Le scénario le plus probable est un alignement sur les conditions imposées aux étrangers hors Espace Economique Européen : visa touristique et obtention d’une carte de résidence, valable 5 ans, dès lors que le séjour dépasse 6 mois. Les expatriés français pourraient devoir solliciter un permis de travail et justifier d’un certain niveau de revenus pour que leur permis de travail soit renouvelé : c’est déjà le cas pour les ressortissants hors UE et hors EEE.

Le Brexit signe également la fin des accords actuels entre les caisses santé et retraite

Le Royaume-Uni quittant l’Europe, impossible d’utiliser sa carte européenne d’assurance maladie à Londres, par exemple. Les expatriés pourraient bien, au même titre que les résidents hors Union Européenne ou de Espace Economique Européen, avoir à payer une contribution pour pouvoir accéder aux modalités d’accès aux soins.

Le régime de retraite, transférable d’un pays à l’autre, sera bien sûr, modifié, lui aussi.

Des étudiants très pénalisés

Vendredi, le sujet Erasmus était très populaire sur Twitter :  les étudiants français et britanniques s’inquiétant pour l’avenir de leurs échanges universitaires. Pour la rentré de 2016, aucun changement n’est à envisager mais dès la sortie de l’Union Européenne, le programme Erasmus ne sera bien évidemment pas maintenu.

Le problème pour les Français (et autres étudiants européens) sera d’ordre financier. Les universités britanniques sont en effet, connues pour leur coût élevé. Les études au Royaume-Uni seraient dorénavant des études chères pour les étudiants français notamment. Parmi les champions de l’accueil des étudiants étrangers dans le monde, le Royaume-Uni se place actuellement en 3e position. Aura t-il les moyens de se priver des étudiants européens ? Rien n’est moins sûr ! Parmi les scénarios à envisager, la signature d’accords bilatéraux avec les Etats membres de l’Union afin de maintenir des frais de scolarité préférentiels, des conditions facilitées d’accès aux visas des étudiants européens est à retenir.

Attention à la reconnaissance des diplômes

Elle sera également impactée. A l’heure actuelle, le système universitaire européen assure une reconnaissance automatique des diplômes de ses 28 membres. Par exemple, un Français qui décroche son diplôme en Angleterre, est libre d’exercer son métier dans les 27 autres pays membres, y compris en France. Demain, sauf en cas d’accord entre les deux pays, ce ne sera plus possible

Les accords bilatéraux avec les Etats membres de l’Union ou bien avec la France, on le voit bien, feront toute la différence. Dans certains domaines, tels que la santé et la retraite, ils sont plausibles. Dans d’autres domaines tel que le séjour et le travail, de tels accords seront probablement nettement moins avantageux… d’où les inquiétudes des expatriés français au Royaume-Uni, celles des expatriés britanniques en France (171 000 expatriés britanniques en France selon l’Insee), des étudiants et des couples mixtes…

Probablement pouvons-nous compter sur le fait que les britanniques ne puissent pas totalement se passer de nous… Jean-Jacques Rousseau cernait déjà deux types de dépendance entre nos deux peuples : « Si nos besoins communs nous unissent par intérêt, nos misères communes nous unissent par affection » #Brexit [J.J Rousseau]… Et si nous faisions confiance à nos « besoins et nos misères communes » pour tisser des accords avantageux entre nos deux pays ?


International job search : 6 common mistakes (and how to fix them)

Here are the errors I usually notice, either in the application or hiring process.

1 – Do you need a CV to be called or to say ALL about you?
The purpose of your resume is to select you of course but also make recruiters want to call you for more information. This is the goal of the telephone interview which can initiate a meeting. All these steps are very important to respect. A candidate who one would like to talk to is a well positioned candidate because the recruiter will call. But a candidate who was printing everything about himself on his CV is someone on which we will not rush or who will be called after the others, for example.. ! It is the only difficulty of the CV. The question is not to fill the fields and headings, to know what colors to use or not but to make a CV that says enough in relation to the position proposed without saying too much about you! To find the right balance between these two tendencies. I often read CVs that are very, very well done and that would give me, instead of the recruiter, want to think about. It’s interesting but it is not what we are looking for! The desired effect is that the recruiter wants to take his phone. It’s not the same ! Assume that we must say enough to give envy. And, when you apply in France, if your resume is two (or even three) pages long, read this paragraph again!

2 – Stop putting all recruiters in one basket
What is common between a HR manager and a consultant of an interim cabinet, for example? Nothing ! The first one, among others, manages skills while the second addresses the need for his client. The second is not the decision maker in recruitment. So facing a consultant, it is immediately better to tell him what you consider your weaknesses… as a consultant warned is forearmed ! No need to wait to admit a poor level in English or bad relationships with you last employer. A consultant interested in your application, may argue about your weaknesses. But if you uncover weaknesses later in the recruitment process (during the interview for instance), it could be unhappy and he might not forgive you … And you would have be two in losing time and energy, time in traveling, overheads , etc.

3 – Do not expect your application’s hypothetical return to take longer than a few days
It is disturbing to see candidates waiting weeks for answers. When your application is selected, you are contacted within a few days (sometimes hours) … and not several weeks later. Waiting for a reply makes you usually less proactive. And this is where you may miss something else …

4 – Avoid systematically making a cover letter
I know it has bad press! Many recruiters say they do not read them, as many candidates say they find it difficult to write. Can we therefore get everyone agreed to avoid them? In the context of a recruitment firm, yes! In all the other contexts, I advise to use it to express your motivation, especially when the position motivates you for several reasons. After all, you do not have that many tools at your disposal to get a job! If it is a question of defending what makes you get up in the morning, go for it clearly! After all, with equal skills, the vast majority of recruiters choose motivation (87% according to the latest Regionjobs’ survey). Use it as a tool for people to meet you. And you don’t have to stay in a classicism that bothers you!

5 – Having just translated your CV from French to English
Take a test: give your English CV to an English native to be read, and ask him what he understands about you. It’s unbearable to do but please, do it ! You will notice that most of the time, the reader only gets a very general idea of your training (when he understands it…), an incomplete view of your professional experience (type of business and functions) and / or your industry. From there to send your CV in English speaking countries, there is still a step that is better to cross with a professional …

6 – Still reluctant to take a TOEIC or other test ?
When English (or another language) is not your working language, being able to justify your level can help you to get a new position! Logic. So why do you still hesitate?

And you‘ll be successful!

 

Recherche d’emploi à l’international : 6 erreurs fréquentes (et comment les éviter)

Voici les erreurs que je repère le plus souvent, que ce soit dans le processus de candidature ou de recrutement.

1 – Donner un CV qui donne envie de vous appeler ou un CV qui dise TOUT ?

L’objectif de votre CV est de vous sélectionner bien sûr mais aussi de donner envie de vous appeler pour en savoir plus. C’est l’objectif de l’entretien téléphonique qui lui-même peut enclencher une rencontre. Toutes ces étapes sont très importantes à respecter. Un candidat dont on a envie d’en savoir plus est un candidat qui se positionne bien parce que pour le découvrir, le recruteur va l’appeler. Mais un candidat dont on a l’impression de TOUT savoir à la lecture de son CV est un candidat sur lequel on ne va pas se précipiter ou qu’on appellera après avoir appeler ceux sur lesquels on se pose des questions, par exemple.. ! C’est l’unique difficulté du CV. La question n’est pas de remplir des champs et des rubriques, de savoir quelles sont les couleurs à utiliser ou non mais de faire un CV qui en dise assez par rapport au poste proposé sans en dire trop par rapport à vous ! De trouver l’équilibre entre ces deux tendances. Souvent je lis des CV qui sont très, très bien et qui me donneraient, à la place du recruteur, envie de réfléchir. C’est intéressant mais ce n’est pas ce que l’on recherche ! L’effet recherché est que le recruteur ait envie de prendre son téléphone. Ce n’est pas pareil ! Partez du principe qu’il faut en dire ASSEZ pour donner envie. Et si votre CV fait deux (voire 3) pages, relisez ce paragraphe !

2 – Cesser de mettre tous les recruteurs dans le même panier

Qu’est ce qui est commun entre un DRH et un consultant d’un cabinet d’intérim, par exemple ? Rien ! Le premier fait, entre autre, un travail de gestionnaire de compétences alors que le deuxième répond au besoin d’un client. Le deuxième n’est pas le décideur dans le recrutement. Donc face à un consultant, il vaut tout de suite mieux signaler ce que vous considérez comme vos points faibles car un consultant averti en vaut deux. Inutile d’attendre d’être au pied du mur pour avouer un niveau d’anglais moyen ou un dernier employeur avec lequel vous avez des problèmes relationnels. Un consultant intéressé par votre candidature, pourra, dans le cadre d’un poste à pourvoir, argumenter sur vos points faibles. Par contre, si vous dévoiler des points faibles plus tard dans le processus de recrutement (en entretien d’embauche par exemple) il pourrait être mécontent et ne pas vous le pardonner… Et vous seriez deux à avoir perdu du temps, de l’énergie et du temps en déplacements, entretiens, etc.

3 – Ne pas attendre d’hypothétique retour de vos candidatures plus de quelques jours
Il est troublant de constater que des candidats attendent des semaines des réponses à leurs candidatures. Lorsque votre candidature fait mouche, vous êtes contacté dans les quelques jours (parfois dans les heures) qui suivent… et non dans les trois semaines qui suivent. Le fait d’attendre vous rend généralement moins proactifs. Et c’est là que vous risquez de passer à côté de quelque chose d’autre…

4 – Eviter systématiquement de faire une lettre de motivation
Je sais qu’elle a mauvaise presse ! Beaucoup de recruteurs disent ne pas la lire tandis que beaucoup de candidats disent la trouver pénible à faire. Peut-on donc mettre tout le monde d’accord en la rayant de la liste ? Dans le contexte d’un cabinet de recrutement diffusant une offre, oui ! Dans tous les autres contextes, je conseille au contraire d’exprimer sa motivation, surtout lorsque l’offre vous motive pour plusieurs raisons. Vous n’avez finalement pas tant d’outils que cela à votre disposition pour obtenir un poste ! S’il est question de défendre ce qui vous fait vous lever le matin, allez-y clairement ! Après tout, à compétences égales, l’immense majorité des recruteurs choisissent la motivation (87% selon la dernière étude de Regionjobs). Pour vous positionner, la lettre de motivation, quelle que soit sa forme, peut devenir un outil donnant envie de vous rencontrer. Et vous n’êtes pas du tout obligé de rester dans un classicisme qui vous ennuie !

5 – Avoir juste traduit votre CV français en anglais
Faites un test : donnez votre CV anglais à lire à un anglophone et demandez-lui ce qu’il comprend de vous. C’est insupportable à faire mais faites le. Vous verrez que la plupart du temps, votre lecteur n’aura qu’une idée très générale de votre niveau de formation (quand il la comprend), une vision incomplète de votre parcours (type d’entreprises, fonctions exercées) et/ou de votre secteur d’activité. De là à diffuser ce CV dans un pays anglophone, il y a encore un pas qu’il vaut mieux essayer de franchir avec un professionnel…

6 – Hésiter encore à passer un TOEIC ou un autre test
Lorsque l’anglais (ou une autre langue) n’est pas votre langue de travail, le fait de pouvoir justifier du niveau de celle-ci peut vous permettre de l’emporter dans un recrutement ! Question de logique. Alors pourquoi hésiter encore ?

Et vous serez efficace..!


Facebook dans la recherche d’emploi à l’international : astuces et nouveautés

Dans un article précédent, j’avais souligné que si vous êtes jeune diplômé notamment, vous avez intérêt à orchestrer vos recherches d’emploi en tenant compte des pages carrières des entreprises sur Facebook. Aujourd’hui, des changements sont en cours et Facebook indique ouvrir la recherche aux publications publiques, ce qui va faire de lui un moteur de recherche au même titre que google. Il s’agit d’un changement majeur et il y a fort à parier que les entreprises vont rapidement saisir ce que ces changements peuvent leur apporter en terme de clients mais aussi de candidats…

Concrètement, il sera possible de suivre des conversations en indiquant le mot « recrutement » dans la barre de recherche, par exemple. Il s’agira d’une recherche en temps réel identifiant les conversations les plus récentes sur le sujet. Nous serons donc loin du seul « bruit » fait par nos « amis » et leurs cercles…

Profitons des changements annoncés pour faire le point sur l’existant et vous préparer au mieux en explorant la présence du recrutement sur via les Fanpages notamment.

Présence du recrutement sur Facebook

Image 1-FB

Vous voyez que le seul mot « carrières » indiqué dans la barre de recherche distingue (à gauche) les personnes, les pages, les lieux, etc. En cliquant sur « Trouver plus de résultats » (en bas de page), vous pouvez choisir ensuite les « Pages » et arriver alors sur les Fanpages dédiées au recrutement des entreprises présentes sur Facebook.

Image2-FB
Sur ces Fanpages, vous pourrez connaître les événements des entreprises, poser des questions, etc. Si vous cliquez sur « Evènements » (colonne de gauche), vous aurez une liste d’événements à venir, dédiés eux aussi au recrutement.

Essayez également le mot « recrutement », également utilisé par les entreprises pour baptiser leur page.

Les Pages internationales

Sur les pages des entreprises internationales, « career » est largement utilisé

Image 4-FB

La rubrique « événements » (colonne de gauche) est peut-être moins intéressante (et encore..!) car la plupart des événements ont lieu à l’étranger mais la rubrique « groupes » peut vous permettre aussi de rejoindre facilement des groupes qui vous intéressent

Image5 - -FB

Ce petit sigle  Image 5 bis-FB(apparu depuis peu) vous indique qu’il s’agit de la page officielle de l’entreprise ou du groupe en question.

Du rôle des Fanpages

Renforcer leur présence, partager leurs événements de recrutement, ouvrir un espace de dialogue, vous proposer un lien direct vers les offres d’emploi… sont parmi les objectifs des sociétés vis à vis des candidats, comme en témoigne cette page, par exemple

Image 6-FB

La présence des sociétés est très inégale sur Facebook, concernant le recrutement du moins mais il est difficile de tourner purement et simplement le dos à ce réseau sous prétexte qu’il ne s’agit pas d’un réseau professionnel. Vous avez plutôt intérêt à jouer le jeu, garder vos publications privées… privées, les enrichir éventuellement de publications publiques et sinon à vous manifester sur les pages des entreprises, du moins à avoir connaissance de leur existence.

Ceci dit, ces pages sont utiles pour poser vos questions. Les pages des entreprises américaines notamment, sont instructives à cet égard car les questions concernant les processus de recutement (avec des réponses indiquées en MP) sont assez fréquentes, la page Facebook de l’entreprise jouant alors son véritable rôle d’ambassadeur.

Tout ceci, en attendant de pouvoir entrer directement dans les conversations lancées par les entreprises…

Nous pouvons débattre sur ce sujet dans le groupe « L’Expatmobile » sur LinkedIn


Rechercher des offres : dégager les bons mots clés

Parmi les difficultés actuelles liées à la recherche d’emploi, vient en tête de liste, le temps passé en recherche d’offres… Le nombre croissant de sites d’emploi ainsi que le fait que les entreprises soient de plus en plus nombreuses à organiser les candidatures directement sur leur site, rallongent le processus de recherche qui peut devenir phénoménal quand il est question de faire des recherches à l’étranger. C’est pourquoi j’ai écrit un premier article (à partir d’une étude de CareerBuilder), sur les principales façons de chercher un emploi dans 4 pays étrangers (consultable ici). Aujourd’hui, je vous propose de régler la question des mots clés avant d’aborder dans ce 3e article (cliquez ici) les sites d’emploi à l’international.

Si un jour vous avez trouvé, au moment où vous vous y attendiez le moins, une offre d’emploi vous concernant alors que vous veniez de passer des heures en recherche… cet article s’adresse à vous !

Les mots clés dans les offres rédigées en français

Il y a plusieurs problèmes mais commençons par l’accessoire : surveiller les fautes d’orthographe, les vôtres comme celles des recruteurs, peut vous faire gagner du temps. Les offres en sont bourrées, surtout dans les termes en anglais. Ainsi, si je fais une recherche de « business developer » sur Monster, je trouve 49 offres :

Capture d'écran developer

mais si je fais une recherche de « business developper » (avec 2 « p »), je trouve 315 offres…

 developper

Sachant que dans les offres de « developer » , il y a des offres de « developper » et vice-versa, ce n’est pas un problème, me direz-vous… Peut-être mais d’une part, c’est assez louche pour vous mettre sur vos gardes et d’autre part, dans le 2e cas, (celui de « developper ») les 315 offres et leurs nombreux déchets (web developer, contrôleur de gestion, téléprospecteur, chargé de recrutement… etc) vont vous faire perdre du temps. Une bonne façon de ne pas brasser du volume pour rien et d’arriver rapidement à ce que l’on souhaite (il y a assez à faire pour dégager les offres à l’international !) consiste donc à surveiller l’orthographe… Et ceci est vérifiable sur différents sites (Apec, Cadremploi, etc).

Deuxième chose : la recherche par fonction. Vous l’avez constaté, les moteurs de recherche d’offres des sites d’emploi nous proposent systématiquement de faire des recherches par « titre » (fonction), alors que ce type de recherche n’a rien d’une science exacte, même en indiquant un secteur d’activité. Même sur le moteur de recherches de l’Apec (qui à mon sens est l’un des plus satisfaisants) : les termes « animateur des ventes informatique » dégagent 414 offres et « commercial informatique », termes plus génériques, ramène 2371 offres, ce qui fait beaucoup d’offres avec beaucoup de « déchets » (formateur, developer, chargé de recrutement, etc). Mais le principal problème, celui qui nous intéresse du moins, c’est que dans les offres d’ « animateur des ventes informatique », il n’y a pratiquement pas de « commercial informatique » et vice-versa… Dans cet exemple, nous avons donc près de 3000 offres à parcourir puis il y aura tous les autres termes « métier » à essayer. Face à ces questions de langage et de culture, il faut donc s’y prendre autrement.

Une astuce possible consiste à dégager ce qui est commun entre les offres qui vous intéressent et vos recherches. Et c’est beaucoup plus rentable. Vous avez du moins, intérêt à essayer. Dans l’exemple que je viens de donner, si au lieu de définir une fonction, j’indique les mots clés suivants : « solution informatique, portefeuille clients, prospection, vente », il me reste… 137 offres mais tous les « contrôleur de gestion », « téléprospecteur » ou « chargé de communication » ont disparu. De la première à la dernière page, les offres correspondent à  des métiers de vente (aux titres variés : business developer, ingénieur commercial, attaché commercial…) dans le secteur de l’informatique.

Capture d'écran 58-46

Vous êtes plutôt un ingénieur d’affaires, en poste et vous disposez de peu de temps à consacrer à votre recherche d’emploi ? En ajoutant « management, recrutement » aux mots clés précédents, vous arrivez à 6 offres… Dans le cas inverse où vous disposez de temps mais où vous ne trouvez pas beaucoup d’offres correspondant à vos compétences et/ou votre secteur d’activité, ce travail sur les mots clés peut être réfléchi dans l’objectif de vous ouvrir des perspectives.

Toujours dans l’idée de gagner du temps et de l’énergie, dégager les bons mots clés vous permettra de vous programmer des alertes efficaces. C’est à étudier au cas par cas. Certains agrégateurs sont très… lourds ! Vous ne voyez pas le rapport entre « chargé d’affaires, informatique » et « chirurgien viscères » ? Et bien lui, si !

Pour vous aider à réfléchir à vos mots-clés, vous pouvez jeter un coup d’oeil sur l’annuaire des métiers de l’Apec (en cliquant ici)

Attention aux termes empruntés à l’anglais dans les offres en français

Voici l’exemple :

Capture d'écran 19.15

Les termes « communication digitale » permettent de dégager 701 offres. Après les quelques premières pages, les offres débordent largement sur d’autres métiers mais il n’y aucune offre de « brand content manager » (responsable de contenu de la marque), par exemple. Or si vous faites une recherche « brand content » (19 offres), vous avez là un joyeux fourre-tout mais les quelques offres de « Brand content manager » apparaissent là seulement… et pas avec les termes « communication digitale ».

Capture d'écran brand content

Tous les métiers ne regorgent pas autant de termes en anglais que la communication, le marketing et l’informatique mais suivant ce que vous faites, vous devez connaître les termes utilisés et faire des recherches spécifiques dans les moteurs de recherche.

Quels sont les mots clés à utiliser dans les offres en anglais ?

Outre les termes anglais dont certaines offres en français sont remplies, il y a la véritable recherche dans les offres rédigées en anglais, dans les pays anglophones.

Si vous voulez vous faire une idée de votre marché de l’emploi à l’étranger, dans tel ou tel pays ou si vous cherchez des offres à l’étranger, via Google, via des agrégateurs comme Adzuna.fr par exemple ou encore parce que vous avez identifié des sites d’emploi ou des cabinets étrangers, les mots-clés les plus rapidement probants sont d’abord autour du mot « french » et surtout « french native ».

Exemple sur le site de Monster Irlande : 27 offres de « French native » répondent à la recherche. Bien sûr, ces offres sont tous métiers confondus mais d’une part, 27 offres à parcourir c’est peu et d’autre part, avec ce type de recherche vous êtes sûr de votre atout. Alors vous avez la possibilité de vous créer une alerte avec ces mots clés :

Capture d'écran native

Il y a également « fluent french » ou « french bilingual » mais d’une part, tout dépend de votre niveau de langue… (sachant que vous risquez d’entrer en concurrence avec les natifs du pays en question) et d’autre part, cette recherche « fluent french » dégage 51 offres. C’est déjà trop vaste pour créer une alerte ou si vous cherchez dans plusieurs pays. Vous retrouvez alors les problèmes que vous aviez dans les offres françaises et il faut affiner vos mots clés de la même façon, en suivant les conseils ci-dessus.

Ceci étant dit, rien ne vaut l’expérience de la lecture des offres dans un premier temps, pour vous faire votre idée. Vous ne pourrez pas faire l’économie de comprendre les compétences attendues et de savoir en quoi, elles peuvent correspondre aux vôtres. Enfin il y a toutes sortes de subtilités entre les différents pays anglophones et seule une lecture attentive vous permettra de vous familiariser avec les spécificités des métiers.

Le problème de la recherche d’offres en anglais sont les abréviations. Il faut se familiariser avec tout type d’abréviation car les anglais notamment en sont friands à un point incroyable : « Inc’g salary req’ts » (including salary requirements) ou encore « a.e » (according to experience) sont parmi les abréviations qui demandent un peu d’entraînement. Tous les métiers peuvent être abrégés… et le sont, la plupart du temps ! C’est pourquoi je déconseille les agrégateurs dans un premier temps. Mieux vaut s’en tenir aux sites d’emploi ou aux sites des cabinets de recrutement.

J’ai pu trouver cette liste de traductions de métiers et fonctions (cliquez ici) et vous pouvez aussi consulter ce tableau (ici)

En conclusion générale, j’aurais donc tendance à vous conseiller de ne pas accorder votre confiance à l’aveugle. Certains sites au design plutôt réussi et à la communication agréable, peuvent être pourvus de moteurs de recherche difficiles à apprivoiser. Testez, vérifiez et faites-vous votre idée avant toute chose. Il faut éviter de faire de la recherche d’offres une source de frustration.

Nous pouvons échanger sur ce sujet dans le groupe de discussion L’Expatmobile sur LinkedIn

 

 


Mobilité des informaticiens :  TechMeAbroad fête ses premiers succès

Epitech la prestigieuse école d’informatique, a annoncé jeudi 7 Mai 2015, un partenariat avec la plateforme de recrutement international TechMeAbroad, afin de permettre à ses élèves et anciens d’acquérir une expérience à l’étranger. Ce nouveau partenariat, après celui de l’Ecole 42, est l’occasion de faire le point avec Julien Barbier, co-fondateur de TechMeAbroad.

« Votre plateforme met en relation des entreprises prêtes à sponsoriser un visa avec des talents voulant partir travailler à l’étranger. Deux mois après son lancement, comment cette initiative évolue-t-elle ? »

Julien Barbier : Nous enregistrons nos premières « success stories », c’est-à-dire que plusieurs informaticiens français ont été placés, que 160 entreprises de 30 pays différents, nous ont confié leurs offres et qu’actuellement il y a 360 offres d’emploi sur TechMeAbroad.

Comment se passent les processus de recrutement ?

Julien Barbier : Il faut s’attendre à des entretiens par Skype, bien sûr. Les entreprises testent également les candidats lors de visioconférences. Aux USA, les sociétés peuvent payer un billet d’avion aller-retour pour faire un dernier entretien véritablement de visu.

Quels sont vos conseils vis à vis des candidats ?

Julien Barbier : Il faut bien réfléchir à son projet professionnel avant de choisir une destination.Généralement, je trouve qu’il faut privilégier les pays où les techs français sont aimés. Par ailleurs, les informaticiens doivent garder en tête que s’ils apprennent peu dans une SSII, ce n’est pas pour autant que la Silicon Valley leur permettra forcément de se réaliser. La tech, ce n’est pas que la Silicon Valley, ça peut être aussi la Chine… mais ni l’une ni l’autre de ces destinations ne sont bonnes si on souhaite travailler dans la finance, par exemple… Un deuxième conseil aux candidats est de bien comprendre les difficultés et les apports de l’expatriation, de s’y préparer. Il faut s’attendre à un choc culturel et bien réaliser ce que partir au loin signifie, vis à vis de sa famille et de ses amis. Enfin, de rester vigilant sur la question du salaire. Parfois le salaire peut paraître mirobolant alors qu’en fait, une fois déduit les questions sociales (sécurité sociale, retraite, impôts…), ce n’est pas le cas. Il faut donc être en contact avec des français vivant dans le pays en question et échanger avec eux sur ce sujet.

Les entreprises sont donc prêtes à faire beaucoup : visas éventuels, voyage d’entretien d’embauche…

Julien Barbier : Les entreprises généralement « soignent » la relation et l’expérience candidat en l’aidant à s’adapter. Suivant le cas, elles peuvent aller plus loin : proposer de l’aide pour trouver un logement, proposer des cours de langue…

Que doivent faire les entreprises pour diffuser leurs offres sur TechMeAbroad ?

Julien Barbier : Elles peuvent poster directement et gratuitement (ici ). Ensuite nous vérifions l’annonce pour garantir la qualité du site et des offres.

————————————————–

Ils ont dit :

Emmanuel Carli, directeur général de l’Epitech :
Dans un monde globalisé, on ne peut prétendre à une carrière de haut niveau sans dimension internationale, et nos étudiants et anciens cherchent énormément à partir travailler à l’étranger. Néanmoins, intégrer une entreprise à l’international peut s’apparenter à un parcours du combattant lorsqu’un visa est exigé. TechMeAbroad apporte la solution en mettant en relation les talents avec des entreprises prêtes à sponsoriser un visa.”

Julien Barbier :
Dans la Silicon Valley, les ingénieurs informaticiens français sont très appréciés car ils ont un niveau extrêmement élevé dès la sortie de l’école. Lorsque les entreprises américaines recrutent un Epitech, elles en redemandent. C’est le cas par exemple chez Docker, Google ou LinkedIn, qui embauchent beaucoup d’Epitech”.

À propos de TechMeAbroad

Site internet

Compte Twitter
Page LinkedIn
Page Facebook
Page Google+

À propos d’Epitech

Epitech est reconnue comme l’une des meilleures écoles pour transformer une passion pour l’informatique en une expertise qui débouche sur des emplois à fort potentiel (100% des élèves en entreprise à la fin de leurs études). Cette formation recherchée par les entreprises repose sur un modèle novateur qui met l’accent sur trois qualités de plus en plus exigées : l’adaptabilité, l’auto-progression, le sens du projet. L’école est présente dans 12 villes de France.

www.epitech.eu


Quels savoir-être sur les réseaux ?

Dans le cadre d’une recherche d’emploi à l’international ou dans le cadre d’échanges professionnels avec l’étranger, croyez-vous que nous soyons prêts à échanger sur les réseaux ? Ce sont ces questions que je me pose en observant les candidats français ou en écoutant leurs réflexions sur le sujet. Et cette question me semble loin d’être résolue même si les candidats font preuve de plus en plus d’expérience et d’aisance.

Prenons comme exemple Facebook. Certains candidats l’ont compris mais très souvent quand je demande lors d’ateliers, comment ce réseau peut être utilisé dans le cadre d’une recherche d’emploi, il y a généralement un long temps de silence suivi d’un raclement de gorge puis enfin une moue de dédain et un début de réponse : « Oui, j’ai un compte » ou bien « J’y vais de temps en temps » ou encore « Je n’échange qu’avec mes amis ». Personne ne répond jamais spontanément à cette question. Facebook suscite une réaction très défensive dans le cadre d’une recherche d’emploi. Et ce n’est pas une question d’âge. Parce que je m’adresse aussi à des candidats très jeunes, parfois même partiellement formés à l’étranger. Des mises en garde (nécessaires) ayant fait l’objet d’articles dans les médias il y a plusieurs années, la méfiance s’est généralisée. A tort ! Dans un tel contexte de défiance, avant que les candidats comprennent ce que peut être la page Facebook dédiée au recrutement d’un groupe ou d’une ETI, le parti qu’ils peuvent en tirer et comment exploiter cet atout, il nous faut un certain temps lors d’ateliers d’insertion professionnelle… Pour qu’ils réalisent à quel point une présence sur Facebook est incontournable, je les invite à aller sur la page « carrière » d’un groupe américain, par exemple, à regarder la pertinence des questions postées par des candidats ou encore la qualité des témoignages ou anecdotes sur les processus de recrutement. En France, je les invite à aller sur des pages telles que « careers at Deloitte » pour ne citer que ce groupe.

Alors admettons que Facebook provoque de la méfiance du fait d’une « mauvaise presse » en France mais sur LinkedIn, réseau professionnel international par excellence, les problèmes sont peut-être plus importants.

Quand je pose la question de savoir comment les candidats utilisent ce réseau, les candidats me répondent qu’ils ont un profil avec une photo et souvent même un profil en anglais (ou dans une autre langue). A la question : « Et ensuite ? », il y a beaucoup moins de répondants. Lorsque je demande si certains prennent des contacts avec des recruteurs ou des personnes qui occupent les postes dont ils rêvent pour leur poser des questions, les réponses sont éparses ! Je demande ensuite aux candidats s’ils échangent dans des groupes, s’ils se posent en « expert » sur certaines questions et s’ils profitent de certains espaces pour poser des questions. Là, généralement il y a un minuscule bruit de chaise suivi d’un ou deux murmures : « Oui, je pensais le faire ». Je demande à quoi sert LinkedIn et globalement, la réponse est : « Il faut y être ! ». Sans que personne ne sache dire clairement et rapidement pourquoi. J’explique alors que remplir un profil sur LinkedIn (même en anglais, même avec une très bonne formation, des expériences intéressantes) et s’en tenir à ça, c’est comme s’habiller pour un entretien d’embauche après avoir soigneusement préparé son entretien pour finalement s’asseoir chez soi et attendre dans son salon… ce qui ne viendrait à l’idée de personne. Plus tard quand je creuse la question du comportement à adopter sur LinkedIn, quelqu’un finit toujours par dire qu’il « faut se montrer un peu mais pas trop » et la majorité acquiesce. Or rien n’est plus entravant dans sa recherche d’emploi que cette façon de penser. Cette façon est même paralysante. Nous abordons enfin les comportements totalement contre-productifs (et remarqués par les recruteurs !) : réponses et/ou commentaires trop laconiques, questions abruptes sans un mot de présentation ou de politesse, demandes de contact sans intérêt… (Il ne faut pas hésiter à lire « Et si les candidats pourrissaient le recrutement social ? » de Laurent Brouat, sur ce sujet)

L’utilisation des réseaux n’est pas innée

De fil en aiguille, au cours de ces dernières années, j’ai pensé que les réseaux étaient bien plus adaptés aux anglophones par exemple, qu’aux Français et à leur façon d’être « social ». En France, les réseaux qui sont censés être des facilitateurs, sont aussi source de difficulté. Loin de moi, l’idée de penser que les réseaux coulent de source pour la totalité des américains ou des britanniques par exemple, mais dans l’ensemble et en les fréquentant sur les réseaux, je m’aperçois qu’ils sont beaucoup plus coopératifs, plus avenants et plus modérés tout en étant… plus libres.

L’utilisation des réseaux fait appel à la sociabilité. Et la sociabilité d’un Français n’est pas celle d’un Américain, ni celle d’un Anglais et encore moins celle d’un Espagnol. En France, une enquête « Conditions de vie et Aspirations des Français » permettait en 2001, de mettre en évidence quatre cercles relationnels : le foyer, la famille, les amis et les associations (révélant d’ailleurs que « 64% de nos concitoyens déclarent que la famille est le seul endroit où l’on se sente bien et détendu »…). Sans vouloir en tirer des conclusions trop rapides en se limitant à cet extrait, il est bon de noter que la sociabilité des Français s’est développée pendant longtemps surtout dans le cercle familial. (Dans « La lente évolution de la sociabilité », Maxime Parodi explique aussi qu’ « Internet apparaît clairement comme une technologie approfondissant la lente évolution de la sociabilité vers les communautés d’intérêts » et que « Le succès des forums de discussions illustre cette idée que l’individu participe à de plus en plus de cercles sociaux, de plus en plus spécialisés »).

Ceux qui décident de travailler à l’international, doivent en outre savoir que les Français ne sont pas des champions en matière de coopération et que la distance hiérarchique en entreprise, forte dans notre pays, ne favorise pas la prise de contact. Benjamin Pelletier explique au sujet de la distance hiérarchique : « … on ne s’assoit pas à côté de n’importe qui, on respecte les liens hiérarchiques jusque dans la prise de parole. Chacun représente sa fonction tel un comédien sur une scène de théâtre. On ne travaille pas ensemble, on se surveille. » . Donc distance et méfiance.

Petite leçon de sociologie

Mais la sociabilité est une valeur américaine ! Les américains cultivent la coopération, le contact facile et la modération des réactions, dans une vie en groupe qui leur paraît indispensable. Dans « Communication et société », Gregory Bateson et Jurgen Ruesch en parlent très bien : « Aux États-Unis, la vie en commun et l’interaction avec les autres sont considérées comme une fin en soi (…) Quels que soient la profession ou l’emploi occupé par un individu, ses supérieurs et ses subordonnés le traiteront toujours comme un être humain (…) Pour maintenir l’appartenance au groupe, l’Américain doit toujours être grégaire. Dans une certaine mesure, la valorisation de la grégarité peut s’expliquer par les circonstances rencontrées par les premiers colons et pionniers. Ils étaient forcés d’agir collectivement pour se protéger d’un environnement hostile: bien s’entendre en groupe était essentiel pour survivre. En outre, la grégarité remplace, d’une certaine façon, la famille élargie qui fait fréquemment défaut à l’Américain. En effet, ou bien les membres de la famille vivent séparés et dispersés à travers le continent, ou bien certains parents sont restés en Europe. C’est pourquoi, avec le temps, la sociabilité est devenue un trait national. Elle est, de nos jours, associée au comportement des classes moyennes, comportement qui incarne le mieux le caractère national américain. On peut appeler sociabilité la valorisation d’une coopération harmonieuse, d’un contact amène, de réactions modérées; il vaut mieux également éviter de s’impliquer trop et être toujours disposé à prendre ses distances avec des relations existantes et à faire de nouvelles connaissances. Aux États-Unis, ce trait de personnalité est fréquemment considéré comme un des plus importants critères d’un bon ajustement social ».

Inventeurs de réseaux (et alors que beaucoup de candidats, souhaitent rejoindre l’Amérique du Nord !), inspirons-nous des Américains ! Apprenons à être « sociables » selon leurs critères : coopération, contact agréable et propos modérés. Beaucoup d’entre nous circulent déjà sur les réseaux selon ces critères.

Inspirons-nous aussi des Anglais ! Envisager leur sociabilité via les « clubs » (ancêtre des réseaux ?) permet de mieux la saisir. Ainsi que l’écrit Valérie Capdeville dans « Convivialité et sociabilité : le club londonien, un modèle unique en son genre ? », l’appartenance à un club « pouvait se révéler un tremplin professionnel efficace et le meilleur moyen pour asseoir une carrière politique ». Elle décrit aussi un club « plutôt homogène et s’apparentant à une assemblée de pairs. La conversation et les échanges entre égaux sont sources de satisfaction et s’avèrent souvent fertiles (…) le but de cette sociabilité est d’éviter les conflits et d’harmoniser les rapports sociaux (…) Contrairement au salon français, qui se veut un espace de sociabilité et d’expression public mais qui reste physiquement ancré dans la sphère domestique (…) le salon anglais se trouve en réalité à mi-chemin entre espace privé et espace public (…) Il permet aux Anglais de réconcilier leur caractère taciturne et leur amour du débat, grâce à la création d’un espace de société sélectif, réglementé certes, mais convivial et rassurant (…) : l’esprit d’association et l’esprit d’indépendance ».

Coopératif, modéré, convivial et… libre ! Voici les savoir-être auxquels ces cultures nous invitent sur les réseaux. Sachons saisir cette « sociabilité conviviale » pour notre réussite personnelle comme dans notre désir d’ouverture au monde.

N’hésitez pas à échanger avec moi sur ce sujet dans le groupe « L’Expatmobile » sur LinkedIn


Améliorer ou conserver votre niveau d’anglais

L’anglais n’est pas votre langue de travail ou ne l’est plus ? Ou bien vous trouvez que votre cadre professionnel ne permet qu’une pauvre pratique répétitive de cette langue ? Ou encore vous avez l’impression générale que votre niveau d’anglais baisse lentement mais sûrement ? Conférences en ligne, rencontres IRL (In Real Life), podcasts et même karaoké, des moyens plus ingénieux les uns que les autres sont développés sur le web. Suivant ce que vous souhaitez, voici une sélection d’outils gratuits que j’ai testés, une sélection d’outils payants pour un travail plus en profondeur et tous les renseignements nécessaires pour passer le Toeic si d’aventure vous décidiez de vous lancer…

Tout d’abord, faire le point
Si vous souhaitez savoir où vous en êtes, le plus simple est de passer un test d’évaluation au Toeic. Ces tests sont gratuits et traduiront votre niveau à l’oral (compréhension) et à l’écrit sur l’échelle suivante :
230 – 554 points : niveau seuil
555 – 789 points : avancé
790 – 949 points : autonome
950 – 990 points : bilingue

Gardez en tête que pour travailler à l’international, il faut pouvoir justifier d’un minimum de 800 points (Pour entrer dans une grande école de commerce, il faut déjà avoir un niveau d’anglais entre 750 et 815 points…)
J’ai fait plusieurs tests et le Testden (cliquez ici) est celui que j’ai préféré. La qualité des questions est bonne et les enregistrements (voix, accents, débits) sont assez proches des situations rencontrées dans la réalité. Prévoyez entre 20 et 30 minutes pour le faire. Vous pouvez le faire trois fois.

Vous cherchez un ou deux moyens ludiques pour maintenir votre niveau ?
Vous êtes assez confiant sur votre niveau d’anglais mais vous ne seriez pas contre quelques moyens ludiques et faciles à mettre en place pour ne pas perdre la main sur vos connaissances ?

  • Podcast…
    Relativement courts, les podcasts des médias en ligne sont faciles à écouter au casque. En voici quelques uns :
    The Guardian audio (cliquez ici) – éditions britannique et australienne
    The New York Times (cliquez ici)
    The Economist podcast (cliquez ici) choisissez ensuite le domaine : « Business, Politics, Contemporary  Issues, Economics »
  • … ou conférence ? Les conférences en ligne (entre 20 et 45 minutes chacune) sont aussi très agréables à écouter et probablement mieux adaptées à une écoute alors que vous faites tout autre chose (rangement, jogging, trajet…). Voici le site de TED.com (cliquez ici) qui en propose des séries regroupées par thèmes.
  • Vous butez en permanence sur les mêmes mots inconnus ?
    Alors essayez Lingua (cliquez ici) ! Cette application, plutôt sexy, permet de découvrir, dans des articles de presse, des mots nouveaux, de les traduire, de les mettre en mémoire et de les réviser (jusqu’à 7 jours plus tard)
  • Vous êtes du genre à vous exprimer en chanson ?
    Lyrics Training (cliquez ici) : un grand choix de chansons (pas toujours du meilleur goût, hélas !), dans lesquelles vous devez deviner des paroles. Il y a 4 niveaux : débutant, intermédiaire, avancé et expert et aussi une fonction karaoké.
  • Vous préférez échanger avec des anglophones ?
    Deux solutions si vous n’avez ni le temps ni l’opportunité d’échanger régulièrement avec des anglophones :
    Franglish (cliquez ici) est un système de rencontres en face à face entre français et anglophones. Prenez un verre dans un bar, échangez 7 minutes en français, 7 minutes en anglais, changez de table et recommencez ! Si Franglish existe dans votre ville, précipitez-vous…
    Polyglotclub (cliquez ici) est un réseau social d’échanges linguistiques  Il offre des échanges virtuels et en face à face. Il est composé de 300 000 correspondants dans le monde
  • Payant mais efficace : le cours par téléphone !
    Vous êtes plutôt du genre à avoir besoin de contrainte sans avoir beaucoup de temps à consacrer à votre apprentissage ? Le cours par téléphone peut être la bonne idée. Le prix des cours varie généralement entre 25 et 30 euros de l’heure, ce qui est cher mais ces formations peuvent entrer dans le cadre de votre compte individuel de formation (qui remplace dorénavant le DIF). Business Talk France (cliquez ici) propose différentes formules dont des échanges téléphoniques de 15 minutes 3 fois par semaine. Le professeur appelle son élève pendant la pause déjeuner par exemple, et parle de sujets du quotidien. Par la suite, l’élève reçoit par mail, un résumé de l’entretien.

Votre niveau d’anglais est en chute libre et vous décidez d’employer les grands moyens

Astucieux, Télélangue (cliquez ici) combine plusieurs moyens : e-learning, cours collectifs, cours par téléphone avec un professeur… dans un même module. Suivant votre situation (salarié ou demandeur d’emploi), sachez qu’une prise en charge est possible avec votre compte de formation et consultez les brochures.

Ludique, précis et ergonomique (avec application mobile), Babbel.com (cliquez ici) vous permet de consolider vos bases, vous aiguille, vous corrige (à l’oral aussi) et organise vos révisions. Son tarif sur 6 ou 12 mois est réellement abordable.

Vous êtes en recherche d’emploi et vous êtes décidé à passer le TOEIC ?

Vous avez raison ! Rien ne renseigne mieux un recruteur qu’un niveau de langue étrangère mesurée par un test. Les tests sont valables deux ans. Il est possible de le passer autant de fois que vous le souhaitez.

L’inscription au test coûte 103 € et 84 € pour les étudiants et demandeurs d’emploi (Source : Educadis.fr). Il peut être pris en charge par votre compte de formation.

  • Déroulement de l’examen
    Le test est constitué de 200 questions à choix multiples. Il dure environ 2h30. La moitié des questions porte sur la compréhension orale et l’autre, sur la compréhension écrite, ce qui permet d’évaluer vocabulaire, grammaire et conjugaison. Les situations évoquées sont représentatives de la vie quotidienne mais surtout professionnelle. Le test est noté sur 990 points.
  • S’entraîner et/ou passer le TOEIC 
    Ets Global (cliquez ici) propose 45 questions pour vous entraîner gratuitement, ce qui vous donnera une idée parfaite des questions en situation d’examen. Site proposant tests blanc et préparation à différents tests en anglais (Toeic, Toefl)
    Englishtown (cliquez ici) avec une formule d’essai (14 jours pour 1 euro), vous donne accès à des tests blancs Toeic, des exercices de préparation (1500 heures d’exercices) et un cours individuel de 40 minutes… Jamais 1 euro n’aura été dépensé de façon aussi utile si vous vous cantonnez à la période d’essai… Préparation et passage des tests Toeic et Toefl
    Exam English (cliquez ici) propose un test TOEIC gratuit et complet. L’avantage de ce site (dont le test n’est pas chronométré) est qu’il corrige vos réponses sur le champ. Intéressant pour comprendre vos erreurs mais j’avoue avoir moins adhéré aux questions dont la formulation n’est pas toujours des meilleures…

Bonnes révisions !
Et n’hésitez pas à partager vos trouvailles et vos expériences sur le groupe LinkedIn de « L’expatmobile »…