Jeunes diplômés : les 6 points clés de la recherche d’emploi aux USA

Vous allez être diplômé sous peu et vous cherchez un emploi aux USA ? Peut-être même, terminez-vous une période d’études dans ce pays que vous ne voulez pas quitter ? Quelle que soit votre situation, vous devrez tout particulièrement motiver vos interlocuteurs américains ! Voici 6 points clés à bien connaître pour être efficace.

  1. Ne pas vous mettre en concurrence avec les « natifs »

Ce qui vous décourage, c’est de vous mettre en concurrence avec les candidats américains car ils sont gagnants dans ce match là ! Privilégiez certaines voies comme le réseau ou la candidature spontanée. Recensez très précisément votre réseau et prenez des contacts ciblés et précis en vous manifestant sur des questions que vous aurez élaborées au mieux. Repérez des entreprises dont les activités vous inspirent et adressez-leur votre candidature spontanée. Cette dernière a moins le vent en poupe qu’en France, c’est pourquoi si vous manifestez une bonne connaissance de l’entreprise et si vous avez un projet intéressant, la démarche peut être payante. Sélectionnez soigneusement vos sociétés : elles se développent dans un pays francophone ? elles sont en lien avec votre école ? elles sont en lien avec votre type de formation ? elles ont déjà recruté un élève de votre école ? etc.

2. Connaître votre « valeur ajoutée » 

Avant toute démarche, c’est LA question à maîtriser. C’est elle, elle et encore elle qui va faire la différence. D’où l’intérêt d’avoir planché sur votre projet professionnel. « Quels sont mes atouts pour tel type de poste dans ce contexte ? » doit être la question que vous maîtrisez le mieux au monde. Et cette question n’est pas seulement celle de votre formation mais aussi celle de votre parcours, de votre personnalité et de vos atouts personnels.

3. Être prêt à expliquer votre parcours encore et encore

Diplômes, école, formation, expériences extra-professionnelles et/ou multiculturelles … soyez prêt à tout expliquer de long en large et en diagonale à des personnes qui ne connaîtront probablement même pas le nom de votre école… même si elle est prestigieuse en France ! Recensez tout le vocabulaire nécessaire sur le sujet et devenez intarissable en explications. Sachez que rien ne « coulera de source » pour votre interlocuteur et soyez-en bien convaincu. Et le barrage n’est pas uniquement celui de la langue… Rien ne va de soi à l’étranger, ni le contenu des formations, ni les compétences acquises en stage, ni celles acquises dans les expériences extra-scolaires.

4. Prendre contact avec les opérationnels (et non avec les ressources humaines)

Vous, c’est sur le terrain que vous pouvez faire la différence. Or les RH vont généralement étudier votre candidature avec leur grille de lecture : formation connue ou pas, compétences acquises, savoir-être, niveau de langue, … et dans 3 domaines sur 4, vous n’allez pas soutenir la différence avec les natifs. Si vous vous êtes donné du mal dans vos recherches d’entreprises et que vous avez quelques projets ou idées en tête, évitez de les adresser aux RH. Choisissez plutôt d’entrer en contact avec les opérationnels potentiellement intéressés par votre candidature.

5. Valoriser votre expérience associative

C’est le moment ou jamais de valoriser votre participation à votre association et à son action aux USA, si elle en a eu une… Soyez vraiment au clair sur ce que vous avez acquis dans cette expérience et surtout, sur ce que vous pouvez transposer dans le domaine professionnel ! Les Américains fonctionnent à l’expérience et au mérite, vous le savez. Ne ménagez donc pas vos efforts et oubliez toute « humilité de bon ton ». Non pas qu’il faille être prétentieux, loin de là, mais gardez en tête qu’il faut être capable de s’exprimer à fond et sans détour.

6. Savoir utiliser LinkedIn

Le web fourmille de bons conseils et c’est très bien mais dans votre recherche d’emploi aux USA, surveillez ces 4 éléments :

  • la taille et la qualité de votre réseau sont importantes dans ce pays. Faites en sorte d’avoir les « bons contacts » (vos collègues de formation, certains de vos professeurs, vos ex-professeurs, vos ex-responsables de stages, vos ex-camarades, etc) et d’en avoir un nombre suffisant (300 contacts seraient bien…)
  • dans votre réseau, faites en sorte d’avoir quelqu’un de l’entreprise que vous visez, quand vous en visez une
  • sur votre profil, mentionnez clairement que vous êtes en recherche d’opportunité. Pas forcément dans le titre mais en début de résumé, par exemple. Les Américains aiment que les choses soient claires.
  • la plupart des recruteurs garderont votre profil LinkedIn ouvert, durant votre entretien, le jour où vous en aurez un. Il doit donc vous « coller » parfaitement…
Advertisements